Cinema
Ha ha ha, un bon Hong Sangsoo, alcoolisé et plus joyeux que d’habitude !

Ha ha ha, un bon Hong Sangsoo, alcoolisé et plus joyeux que d’habitude !

25 février 2011 | PAR Olivia Leboyer

Après Les femmes de mes amis l’an dernier, Hong Sangsoo nous propose un film au titre très attirant et qui ne ment pas : Ha ha ha est vraiment drôle, fin, très réussi ! Le film a obtenu le Prix Un Certain Regard au dernier Festival de Cannes. A ne pas manquer. Sortie le 16 mars 2011.

Hong Sangsoo est à présent connu (des cinéphiles, du moins) pour son humour cool, sa lucidité sur les rapports hommes/femmes, son sens de l’absurde. Dans ses films, on boit énormément, on fait l’amour, et l’on se sent, au final, un peu vide et dérouté. Le jour où le cochon est tombé dans le puits, Turning gate, La femme est l’avenir de l’homme, Night and Day ou Les femmes de mes amis se suivent et se ressemblent, tissant une mélancolie souriante et, souvent, cruelle. Dans ses analyses du sentiment amoureux, Hong Sangsoo montrait jusqu’ici des femmes victimes de la légèreté masculine, séduites puis abandonnées, en définitive assez perdues. On se souvient de la terrible scène, dans Night and Day, où le héros croise dans la rue une ancienne petite amie qui a dû avorter huit fois lorsqu’elle vivait avec lui : il ne la reconnaît pas.
Ha ha ha apporte un vent de fraîcheur et de modernité ! Ici, pour une fois, les femmes sont fortes, dynamiques (elles travaillent, et gagnent mieux leur vie que nos deux héros), dotées d’un caractère bien trempé. Jo Munkyung se prépare à partir vivre au Canada (chez sa tante : l’aventure est limitée !) : il retrouve son meilleur ami Bang Jungshik pour des adieux autour de plusieurs verres. La conversation est toute trouvée : tous deux reviennent justement d’un séjour au bord de la mer, dans la même petite ville de Tongyeong. Jo Munkyung y a rendu visite à sa mère (extraordinaire Young Yuhjung !!), qui tient un restaurant. Bang Jungshik y était pour voir un ami, poète dilettante et séducteur invétéré. Ils se racontent donc leurs vacances respectives.

Les deux histoires, en parallèle, s’entremêlent astucieusement. Car Jo Munkyung et Bang Jungshik ont mangé dans le même restaurant… Mais ils ne remarquent, ni l’un ni l’autre, cette coïncidence initiale ! On rit énormément devant les aventures pitoyables de nos deux séducteurs, restés tellement immatures. Face à eux, des femmes étonnantes, (trop !) pleines de vie et d’espoirs, qu’ils ne peuvent évidemment satisfaire ! Ces femmes ont leurs ridicules aussi (exaltation, crédulité, etc.), mais leur obstination et leur bonne optimisme font plaisir à voir. Il faut y aller : on en sort en riant encore !

Ha ha ha, de Hong Sangsoo, Corée du Sud, 1h56, avec KIM Sangkyung, MOON Sori, YU Junsang, YE Jiwon, YOUN Yujung. Sortie le 16 mars 2011.

Infos pratiques

Insultes racistes : John Galliano suspendu de ses fonctions à la veille de la Fashion Week
Exposition Jérôme Bel à Rennes, l’idée de musée de la danse a de beaux jours devant elle.
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

3 thoughts on “Ha ha ha, un bon Hong Sangsoo, alcoolisé et plus joyeux que d’habitude !”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture