Cinema

Festival Premiers Plans d’Angers- Soirée d’ouverture- Mrs Hyde: Serge Bozon revisite avec succès le mythe de Dr Jekyll et Mr Hyde

Festival Premiers Plans d’Angers- Soirée d’ouverture- Mrs Hyde: Serge Bozon revisite avec succès le mythe de Dr Jekyll et Mr Hyde

15 janvier 2018 | PAR Pierre Descamps

Après un vibrant hommage à l’immense actrice que fut Jeanne Moreau, Serge Bozon et son équipe (composé de producteurs et d’Isabelle Huppert et Romain Duris) ont présenté le film Mrs Hyde lors de la cérémonie du 30ème festival Premiers Plans à Angers. Le film sortira en salles en France le 28 Mars prochain. Une réussite par le style décalé de l’auteur et par l’entrée surprenante du genre fantastique dans une comédie qui n’hésite pas à explorer le milieu absurde de l’enseignement scolaire. Savoureux et décalé.

Un cinéma qui vient d’une autre planète

Décrit par ses acteurs comme venant d’une autre planète, le style du cinéma de Serge Bozon ne laisse jamais totalement indifférent.
Après le film Tip-Top qui est loin d’avoir fait l’unanimité, le réalisateur repart avec une reprise détonante du Dr Jekyll et Mr Hyde avec comme interprète principale l’extraordinaire Isabelle Huppert.
On y perçoit la fragilité d’une enseignante qui a de grandes difficultés à transmettre son cours à ses élèves turbulents et déchaînés. Cette femme semble totalement dépassée par les événements, haï par un proviseur méprisable (joué à contre-emploi par Romain Duris!) et surveillé par l’inspecteur de travail qui ne souhaite pas l’intégrer dans l’éducation nationale. Elle a pour mari un certain José Garcia, un homme au foyer qui est totalement amoureux d’elle et qui fait la cuisine et s’occupe de la maison.

Derrière cette ébauche alléchante, les dialogues font mouches car ils sont aussi surprenants les uns que les autres. Il y’a toujours un effet de surprise plan après plan dans le cinéma de Bozon qui est très rafraîchissant et éloigné d’un cinéma conventionnel qui prend le pas sur nombres de créations.
On y reconnaît un style décalé, proche d’un Quentin Dupieux (l’auteur du film Rubber et du controversé mais néanmoins excellent Steak avec Eric et Ramzy!) mais ici le décalage n’est pas dans les images  mais tout est dans les dialogues, dans le texte qui porte l’absurdité des situations.

Fantastique et références bibliques

Le fantastique surgit dans cette histoire et reprend les grands thèmes bibliques de la Vierge Marie et des apôtres de manière totalement détournée, ce n’est pas un détail insignifiant si les personnages couple interprété par Isabelle Huppert et José Gracia s’appellent respectivement Marie et Pierre.
Le thème de la résurrection et du double diabolique que l’on a tous en chacun de nous sont autant de pistes qui nous permettent d’appréhender ce cinéma qui laisse une part à l’interprétation de chacun.

Un film qui transmet l’amour d’apprendre

A travers ce film, Serge Bozon a voulu surtout montrer l’importance de l’enseignement et de l’éducation dans nos trajectoires de vie et la difficulté de transmettre des pensées et d’éduquer de manière efficace des étudiants qui ne sont pas intéressés par la matière.
Le réalisateur s’inspire de la phrase de Samuel Fueller (qu’il a cité lors de la cérémonie d’ouverture): «Tous les films comportent une part d’éducation. C’est la part la plus importante de chaque film, celle qui nous éveille au cinéma» .
L’éducation nous transforme intellectuellement et peut changer les trajectoires de nos vies malgré que le savoir a toujours été une source de jalousie et parfois même de dangers.
Malgré quelques maladresses et clichés sur le rap qui sont un peu dommageables et qui nuisent un peu au propos de l’auteur, le film est une comédie OVNI agréable qui nous plonge dans un univers décalé tout en nous faisant réfléchir. Un film intelligent et absurde à voir en salles dès le 28 Mars prochain!

Mrs Hyde, de Serge Bozon, Avec : Isabelle Huppert, Romain Duris, José Garcia, 1 H 35, Sortie en salles le 28 mars 2018

Crédit Images ©Affiche du film

Sortie dvd : « Mon garçon », la rage d’un père in vivo par le duo Carion/ Canet
Biennale de quatuors à cordes : Premiers jours de concerts
Pierre Descamps

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *