DVDs
Le club des soupirants de Maurice Gleize sort en Dvd

Le club des soupirants de Maurice Gleize sort en Dvd

28 août 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Une maison de confection, lasse d’être confrontée à de riches clients endettés, décide de créer parmi ces derniers le club des soupirants. La vocation de ce club est qu’un de ses membres parvienne à épouser la fille d’un riche milliardaire, le gagnant s’engageant à rembourser à la maison la somme de dix millions pour éponger les dettes de tout le club. Mais un soupirant inattendu, Antoine Valoisir, vient se greffer au club et changer quelque peu la donne.

Réalisateur de films le plus souvent comiques, Maurice Gleize ne travaillera pourtant avec le plus grand comique de son temps, Fernande,l que le temps de ce film: Le club des soupirants. Il filme avec légèreté cette aventure pleine d’humour sous le soleil du midi où se déploie une figuration impressionnante et des personnages très bons enfants.

Cette œuvre est d’une grande fraîcheur. Pleine d’inventivité grâce à l’excellent scénario de Marcel Aymé, elle déploie une galerie de héros tous plus loufoques et plus réjouissants les uns que les autres. Fernandel y brille dans le rôle du paresseux astucieux qui, ainsi que le dit le nom de famille de son personnage « Valoisir », se laisse porter au gré du vent suivant ses désirs, vivant sans souci du lendemain. Les circonstances loufoques vont pourtant faire basculer son mode de vie sans lui faire perdre pour autant son insouciance. L’acteur a l’occasion de pousser la chansonnette le temps de deux charmantes et amusantes chansons « J’aime toutes les femmes  » et « Je connais des baisers ». Sa virtuosité n’est toutefois pas la seule à tenir le film. Nous retrouvons avec délice Marcel Vallée (qui exerce aussi ses talents dans Les cinq sous de Lavarède) dans le rôle de l’intelligent et philosophe créateur du Club des soupirants et nous nous régalons également de la prestation de Max Dearly, qui incarne un Don Juan sur le retour qui va donner des cours de séduction aux soupirants du club. Tout est réjouissant dans ce film d’un bout à l’autre et nous ne pouvons que regretter que les comédies romantiques actuelles n’aient pas la fraîcheur et l’originalité de ce film délicieux, cette œuvre optimiste avait pourtant été critiquée à son époque du fait qu’elle sortait en pleine Seconde Guerre Mondiale et ne révélait rien des difficultés de la France d’alors.

A découvrir également le 18 septembre les ressorties DVD d’Ernest le rebelle et des Cinq sous de Lavarède (voir notre article à ce sujet) de Maurice Cammage, tous deux également avec Fernandel dans le rôle principal.

John Galliano perd la Légion d’honneur
C’est peut-être…Leprest au théatre Les déchargeurs
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *