DVDs
[Critique DVD] « Gilles Caron, le conflit intérieur », décryptage intéressant du travail du reporter français

[Critique DVD] « Gilles Caron, le conflit intérieur », décryptage intéressant du travail du reporter français

07 avril 2015 | PAR Hugo Saadi

Avec « Gilles Caron, le conflit intérieur », la réalisatrice Séverine Lathuillière dresse un large portrait du photographe, surnommé le Capa français. Un documentaire court, mais passionnant.

 [rating=4]

 GC11

*****

En seulement cinq années de reportages, Gilles Caron s’est révélé au monde entier par ses reportages de guerre saisissants et captés au plus près des acteurs de l’Histoire du moment. Comme le 5 avril 1970, pendant la guerre du Cambodge où il décédè un appareil au poing à seulement 30 ans. Que ce soit pendant les guerres d’Algérie, des Six Jours, du Vietnam ou encore les révoltes d’Irlande du Nord, de Mai 68 ou de Prague, le photo-reporter se tenait au plus près des événements, relatant à travers ses clichés une Histoire qui s’écrivait sous ses yeux. Le documentaire propose de revenir sur le parcours de l’un des fondateurs de l’agence Gamma et talentueux reporter.

*****

GC01

« L’actualité sa matière première, le monde son atelier »

Le film s’ouvre sur les parutions des photographies de Caron dans les magazines (Nouvel Obs, Paris Match…), une séquence qui vient rappeler l’usage premier des photos de guerre : montrer au monde ce qui se passe à l’autre bout du globe par l’intermédiaire de la presse. Le documentaire retrace ensuite les débuts du jeune photographe, le montrant par le biais d’autoportraits et rentrant progressivement dans son intimité (négatifs de sa fille). Durant les quarante minutes, les reportages photographiques s’enchaineront à l’écran, recréant les moments d’histoires et présentant le style simple de Caron : une proximité permanente de ses sujets avec souvent comme premier plan, des visages, des regards et des silhouettes. Cette mise au point sur l’homme contraste des clichés de guerre pure, Caron cherche en permanence à saisir les à-côtés des combats : civils et soldats dans leurs camps.

gilles-caron_irlande-nord_web

« Tu peux être un bon photographe, tu feras toujours beaucoup de photos de merde »

Quelques images chocs parsèment son travail, afin de « pouvoir vendre sa série aux journaux plus facilement » dit-il dans un enregistrement audio. Le film en est parsemé et le reporter revient sur quelques séries devenues célèbres, racontant les anecdotes des prises de vue et se livrant à cœur ouvert. Ces décryptages personnels sont l’un des points forts du film. On pourrait malgré tout reprocher le manque d’interlocuteurs extérieurs pour venir commenter son travail. Séverine Lathuillère tente une mise en scène des photos, en y apposant des filtres et proposant un montage en accélération, zoom et superpositions d’images, tombant à quelques reprises dans le flou et la surenchère. Le documentaire n’en demeure pas moins un complément indispensable pour les amateurs de Caron et des photographies de guerre.

« Gilles Caron, le conflit intérieur », un film de Séverine Lathuillière. 41 minutes. Sortie en DVD le 7 avril 2015 aux Éditions Montparnasse.

Visuels © Fondation Gilles Caron

« Blood Parade » Tome 1: à bas la reine !
Les 20 concerts du mois d’avril
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *