Cinema
De bon matin, un drame au coeur du monde de l’entreprise

De bon matin, un drame au coeur du monde de l’entreprise

30 septembre 2011 | PAR Vincent Brunelin

Le réalisateur Jean-Marc Moutout replonge dans le milieu du travail – un univers qu’il avait déjà exploré dans son premier long Violence des échanges en milieu tempéré – et livre un drame poignant porté par un Jean-Pierre Darroussin au sommet de son art. Sortie le 5 octobre.

Synopsis : Lundi matin, Paul Wertret, cinquante ans, se rend à la Banque Internationale de Commerce et de Financement où il est chargé d’affaires. Il arrive, comme à son habitude, à huit heures. Il s’introduit dans une salle de réunion, sort un revolver et abat deux de ses supérieurs. Puis il s’enferme dans son bureau. Dans l’attente des forces de l’ordre, cet homme, jusque là sans histoire, revoit des pans de sa vie et les évènements qui l’ont conduit à commettre son acte…

Après la parenthèse de La Fabrique des sentiments sorti en 2008, De bon matin marque le retour du cinéaste à son thème de prédilection, à savoir le monde du travail et de l’entreprise vu comme une machine à broyer. S’inspirant librement d’un fait divers entendu à la radio, le réalisateur dresse le portrait saisissant d’un homme à la dérive dont la vie se délite à mesure qu’il perd ses repères professionnels. Méprisé, insidieusement mis au rebut par cette même banque dont il était pourtant un élément essentiel jusqu’alors, et ce au profit de jeunes loups aux dents longues, le personnage de Paul est meurtri dans son amour-propre et ne trouve plus le sens de son existence.

Jean-Marc Moutout s’intéresse moins au cadre de l’entreprise proprement dit qu’aux rouages d’un système dans lequel l’humain n’a plus sa place. Pour ce faire, il instaure une atmosphère glaçante, voire oppressante lorsqu’il nous mène au dénouement, et se repose sur la confrontation entre Jean-Pierre Darroussin et Xavier Beauvois, parfaits dans leurs rôles respectifs. Jamais le réalisateur n’excuse ni ne justifie le geste irréparable de Paul, comme il ne verse pas non plus dans l’empathie larmoyante.

Se plaçant à la juste distance de son sujet, il nous présente son personnage au sein d’une cellule familiale indifférente, comme déconnectée de sa souffrance, et le décrit dans la position ambigüe de celui qui est un pion indispensable à l’entreprise avant de ne plus y trouver sa place. Une situation qui fait cruellement écho à l’actualité et dans laquelle tout un chacun pourrait se retrouver finalement.

 

De bon matin, de Jean-Marc Moutout, avec Jean-Pierre Darroussin, Xavier Beauvois
France, 1h31, Drame
Sortie le 5 octobre 2011

Infos pratiques

A la Comédie-Française, Bérénice un peu mieux qu’Andromaque
Mariama ou la magie de la vie
Vincent Brunelin

One thought on “De bon matin, un drame au coeur du monde de l’entreprise”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *