Cinema

Cinérama, une sélection des meilleurs plus mauvais films du monde, réjouissante BD de Charles Berberian

26 mars 2012 | PAR Olivia Leboyer

Avec humour et nostalgie, Charles Berberian revisite ses premiers souvenirs marquants de cinéma : entre les improbables films d’action turcs, les films irakiens à la poésie mélancolique, Paroles et musiques et autres séries TV, le voyage est aussi surréaliste d’hilarant !

De Charles Berberian (et Philippe Dupuy), on a adoré la série des Monsieur Jean ! Ecrivain, la trentaine hésitante et rêveuse, Monsieur Jean possédait un début de statut (la plaisante étiquette « Monsieur »), des faux airs d’adolescent, une concierge et une kyrielle d’amis bizarres et touchants, dont l’inoubliable Félix ! Bien souvent, Monsieur Jean se trouvait pris entre son imaginaire aussi débordant qu’une baignoire et ce qu’il est convenu d’appeler la réalité.
Ici, avec ce Cinérama, c’est encore à un voyage dans ses souvenirs que l’auteur nous invite. Et le miroir déformant de la psyché garde des films vus il y a très longtemps une curieuse image ! Comment un petit garçon perçoit-il, sur le coup, un beau chef-d’œuvre du cinéma irakien avec Farid El-Atrache ? Sur quels détails incongrus l’esprit se focalise-t-il ? (ici, une petite bouche tordue, des chansons interminables !). Berberian nous fait même partager ses premiers émois, avec les apparitions de la belle Edwige Fenech, plus fascinante que les scénarios de ses films. Dans un registre plus comique, il nous plonge dans des films d’action aux rebondissements sans queue ni tête, ou au cœur des années 1980 le très plaisant Paroles et musiques d’Elie Chouraqui (les dessins de Catherine Deneuve, Christophe Lambert, Richard Anconina et même la très jeune Charlotte Gainsbourg sont hilarants !). Et lorsque Charles Berberian, en inversant le procédé de La Rose pourpre du Caire, se dessine lui-même à l’intérieur du feuilleton Dallas, où il s’est plongé pour tenter d’y retrouver sa mère, on est à la fois amusés (la tête du vieux Jock est extraordinaire) et attendris !

Un voyage étrange et personnel à travers les quelques excellents mauvais films qui hantent la mémoire vive du spectateur Charles Berberian : une BD vraiment drôle et sensible, à acheter sans hésiter !

Cinérama, une sélection des meilleurs plus mauvais films du monde, de Charles Berberian, Fluide Glacial, 16€.

Rock the pistes-J 2- La révélation Mani
Pierre Lamalattie : 121 curriculum vitae pour un tombeau, en roman et en peinture
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture