Cinema

Cheburaska et ses amis, à découvrir absolument pour les petits comme pour les grands

20 septembre 2011 | PAR Coline Crance

 Le petit personnage inventé par Edouard Uspsensky Cheburashka et mis en film par les studios Soyouzmoultfilm grâce au génie du maître incontesté de l’animation, Roman Kachanov, revient sur les écrans. La célébrité de ce personnage, petit animal de la taille approximative d’un enfant de cinq ans, aux grandes oreilles rondes pelucheuses, est incontestée en Russie mais aussi dans les pays de l’ancienne URSS et au Japon. Cheburashka devient même la mascotte de l’équipe olympique russe. C’est donc près de quarante ans plus tard que Frontier Works en partenariat avec TV Tokyo décide de produire trois nouveaux épisodes, tout restant fidèles à l’esprit des films originaux et du livre réalisé par Makoto Nakamura.

 Cheburashka n’a pas de nom à proprement parler ; le vendeur d’oranges qui l’a trouvé en premier a ainsi baptisé son espèce. En effet, lorsqu’il le prend dans la caisse et l’assoit sur la table, les pattes du petit animal sont encore engourdies, après son long séjour dans la caisse. Il ne peut se tenir debout et dégringole. Puis trop petit, il ne peut s’assoir sur la chaise et finit par tomber sur le sol. En russe Cheburaska signifie « dégringola » en français.  Première scène de ces trois nouvelles aventures, elle ouvre un vibrant hommage à  l’univers d’Edouard Uspsensky et s’affirme dans la continuité des films de Kachanov. Progressivement, le spectateur suit le périple de ce petit personnage incompris et rejeté par tous car il n’appartient pas à une espèce précise et identifiable. Dans ce petit village pourtant, Cheburashka rencontre rapidement le principal de ses aventures, le non moins connu Gena. Gena est un crocodile au style particulier. Il fume la pipe, porte un long manteau et marche sur ses pattes arrières. Ces chansons préférées sont Les anniversaires n’arrivent qu’une fois l’an et Le Wagon bleu qui sont aujourd’hui rentrées dans la culture populaire russe. Ensemble, ils vont cheminer pour apporter toujours un peu plus de bonheur dans ce village bien souvent morose. Mais leurs bonnes actions sont souvent contrées par une vielle dame, Shapoklyak accompagné de son rat Lariska. Vieille dame taquine mais malhabile, elle est persuadée que personne ne devient « célèbre avec de bonnes actions. »

Mais d’aventure en aventure, de déception en déception, chacun fait son petit bout de chemin : trois contes donc pour enfants certes mais qui reste un joli moment de détente et de plaisir pour les grands. L’illusion des marionnettes animés est parfaite et fonctionne sur l’imagination des plus réticents. Makoto Nakamura a réussi à respecter l’esprit d’Uspsensky et Kachanov et on l’espère, va contribuer à faire connaître cette charmante créature aux petits enfants dans le reste de l’Europe.

Cheburashka et ses amis d’après le livre d’Edouard Uspensky, réalisation Makoto Nakamura d’après les films de Roman Kachanov. Durée : 1h20, film d’animation japonais, Sortie le 5 Octobre 2011

Infos pratiques

Liban s’invite à Paris du 28 au 30 Octobre au Palais des Congrès de Paris-Porte-maillot
Au ciné cette semaine (21/09/2011)
Coline Crance

One thought on “Cheburaska et ses amis, à découvrir absolument pour les petits comme pour les grands”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *