Cinema

[Cannes, Quinzaine] Une ouverture placée sous le signe de l’émotion

[Cannes, Quinzaine] Une ouverture placée sous le signe de l’émotion

16 mai 2014 | PAR Hugo Saadi

La 47ème édition de la Quinzaine des Réalisateurs s’ouvrait aujourd’hui avec la remise posthume du Carrosse d’or à Alain Resnais disparu en mars dernier. Un hommage émouvant.

Depuis 2002, les réalisateurs de la société des réalisateurs de films rendent hommage à un de leurs pairs en lui remettant le prix du Carrosse d’or. Cette année, le réalisateur Alain Resnais avait fait l’unanimité lors de la décision prise en début d’année, avant qu’il ne disparaisse. Pour venir chercher ce prix qui a récompensé les plus grands (Jane Campion Jacques Rozier, Clint Eastwood …) c’est Jean-Louis Livi, le producteur des derniers films du cinéaste et Christophe Jeauffroy (assistant réalisateur) qui sont venus en compagnie du tandem symbolique se tenant main dans la main: Sabine Azéma, la muse et femme d’Alain Resnais et son partenaire André Dussollier, l’alter égo du réalisateur.

Les multiples discours étaient pleins d’émotion, de tendresse et de reconnaisse envers ce cinéaste qui a tant apporté au cinéma français et mondial. Jean-Louis Livi en profita d’ailleurs pour glisser une anecdote mêlant Alain Resnais et François Truffaut. En effet, les deux hommes auraient voulu faire un film ensemble, « un film à quatre mains ». Enfin, juste avant un happening des intermittents du spectacle, l’hommage poignant s’est terminé sur un montage riche des œuvres d’Alain Resnais telles que Nuit et Brouillard, Smoking No Smoking, Les Herbes folles ou encore Hiroshima mon amour. Alain Resnais demeurera désormais dans les esprits de chacun comme un immortel.

La soirée d’ouverture s’est poursuivie avec la projection du troisième film de Céline Sciamma, Bande de filles. La critique sera à lire sur Toute La Culture dans la matinée de vendredi.

Visuels © Hugo Saadi

[Cannes ACID] « Mercuriales » de Virgil Vernier, un film d’une vraie puissance d’évocation
Cannes, jour 2 : « Mr Turner » par Mike Leigh et le girlpower douteux de « Partygirl », « Loin de son Père » et « Bande de Filles »
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *