Cinema

Berlinale : Side Effects de Soderbergh, un thriller bien ficelé sans effets secondaires

Berlinale : Side Effects de Soderbergh, un thriller bien ficelé sans effets secondaires

13 février 2013 | PAR Yaël Hirsch

Le prolifique réalisateur de « Sexe, mensonges et vidéos » (1989) et « Erin Brockovich » (2000) a eu le temps de faire un film et un téléfilm entre deux Berlinales. En compétition avec un thriller noir où il fait jouer pour la première fois Rooney Mara, il offre au public un divertissement sans faille, mais ce n’est peut-être pas assez pour rafler un Ours.

La jolie Emily Taylor (Rooney Mara) est une épouse courageuse qui a attendu 4 ans que son mari sorte de prison pour reconstruire sa vie. Mais au moment crucial, elle semble flancher et retomber dans des états dépressifs qu’elle aurait connus quand son riche et jeune époux a été incarcéré. Provoquant un accident de voiture, elle se retrouve point trop blessée (airbag permitting) mais très sonnée aux urgences. L’interne en psychiatrie présent (Jude Law) lui permet de sortir à condition qu’elle aille le voir régulièrement. Mélancolique et terriblement triste la jeune-femme a besoin de chimie pour faire aller son couple, le docteur lui prescrit plusieurs antidépresseurs, mais seuls les derniers-cri, vantés par l’ex-psychiatre de la belle (Catherine Zeta-Jones) et un flux ininterrompu de publicités, semble lui redonner libido, sommeil et goût à la vie. Sauf que le sommeil est perturbé par de grands accès de somnambulisme… Qu’elle préfère à la tristesse aussi demande-t-elle a poursuivre le traitement. Jusqu’au jour où elle tue son mari en dormant debout. Un terrible procès commence où la victime des industries pharmaceutique et son psy risquent de payer très cher…

Parfaitement ficelé, cadré avec goût, « Effets secondaires » est à l’image de son titre, fin, direct et bien amené. Rooney Mara est tout simplement charmante, on est heureux de retrouver Catherine Zeta-Jones magnétique et juste. Et Jude Law est à la hauteur de la situation. Mais entre retournements rocambolesques, invraisemblances calculées et propos rapidement envoyé par-dessus la jambe, le film glisse sur le spectateur comme un excellent divertissement. Une petite claque de tonus, mais pas de quoi fouetter un chat… ou un Ours…

« Side Effets » (Effets Secondaires), de Steven Soderbergh, avec Jude Law, Rooney Mara, Catherine Zeta-Jones, Channing Tatum, USA, 2013, 106 min. En compétition.

Pardé : Jafar Panahi entrouvre les rideaux sur les affres de son assignation à résidence pour la Berlinale
Poussière du temps : le dernier film d’Angelopoulos enfin en Salles
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *