Cinema

Atiq Rahimi, un coffret trois DVD au coeur de l’Afghanistan,

18 février 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

A l’occasion de l’adaptation  du Goncourt 2008 par son auteur lui-même (avec tout de même un scénario signé Jean-Claude Carrière), Singué Sabour (Pierre de patience), les éditions Collection Opus éditent trois documentaires sous la forme d’un coffret : « Atiq Rahimi, romancier et cinéaste »

Nous voilà dans un voyage à deux entrées : en Afghanistan et dans le passé. Ici, le réalisateur nous fait découvrir plusieurs temps d’avant : avant l’invasion des soviétiques en 1979 et avant l’arrivée des Talibans.

Dans les trois documentaires : Zaher Shah : le royaume de l’exil, (A)fghanistan : un Etat impossible et Nous avons partagé le pain et le sel, c’est au travers d’une parole que nous rencontrons un pays devenu « depuis le 11 septembre 2001 le destin du monde ».

Les 27 ans d’exil du roi Zaher Shah nous font saisir les réalisations économiques et sociales avant 1973. L’homme est en exil à Rome depuis 1973, suite au coup d’état orchestré par son beau père, Daoud. Les images d’archives nous plongent dans le pays tel que l’ex roi la vu pour la dernière fois. « Roi ou mendiant, l’exil ne fait pas de distinction, nous souffrons d’être éloignés de notre pays ». On découvre médusés que se tient un « gouvernement » parallèle, une Assemblée traditionnelle qui réunit tous les chefs d’états Afghans exilés.

Avec, (A)fghanistan : un Etat impossible, c’est Atiq Rahimi qui raconte son pays en utilisant la première personne :  « En 1973, Daoud mettait fin à la monarchie en renversant le Roi, son cousin et beau frère. Mon père, monarchiste fut alors emprisonné. Je n’ai jamais compris son attachement au Roi, ni pourquoi il se plaisait à répéter que le coup d’état coûterait un “a” à l’Afghanistan. Afghanistan veut en effet dire “terre des Afghans”. Avec un “a” en moins, cela devient “fghanistan” qui littéralement signifie “terre de plaintes et de cris”… Les évènements qui se sont succédés depuis, ont malheureusement donné à sa parole une justesse prophétique. Le film est un voyage à travers les trois dernières décennies pour y redécouvrir mon identité, mon pays et son destin, qui est devenu depuis le 11 septembre 2001 le destin du monde. »


En tout,
ce coffret rassemble trois heures de films, qui permettent d’entendre comment le pays a joué d’aller-retour avec la Charia, comment les femmes sont sans cesse dans une situation fragile, et surtout comment, pour s’en sortir, trois hommes, un roi, un prêtre et un artiste, n’ont eu qu’une solution pour transmettre l’image de leur pays : l’exil.Le documentaire le plus tendre, car empli d’espoir est Nous avons partagé le pain et le sel. Au soir de sa vie, nous rencontrons  le père dominicain Serge de Laugier De Beaurecueil («Padar») . L’homme blanc, des barbes à la robe, a pendant 20 ans, dans sa maison de Kaboul, recueilli les enfants en errance. Avec la guerre, il fut soupçonné d’espionnage et les gamins devenus ados torturés. La rupture entre la douceur de vivre, l’éducation faisant d’eux des personnes intelligente et les massacres est prenante. Le film repose sur une interaction entre le passé, qui intervient sous la forme de l’interview du  vieil homme assis, feuilletant  et commentant, enfant après enfant, l’album de famille de ses orphelins de Kaboul et les témoignages des mômes devenus hommes, dont au moins trois vivent à Paris.

 

Atiq Rahimi Romancier et Cinéaste, Collection Opus, 29.00 €, sortie le 20 février 2013
Zhu Xiao Mei en concert au Théâtre des Champs-Elysées
Le festival Days Off dévoile une partie de sa programmation
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 thoughts on “Atiq Rahimi, un coffret trois DVD au coeur de l’Afghanistan,”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture