Cinema
Agenda cinéma de la semaine du 17 février

Agenda cinéma de la semaine du 17 février

17 février 2021 | PAR Manon Bonnenfant

Pour cette nouvelle semaine cinéphile, que diriez-vous de se (re)lier aux animaux ? D’un festival tout numérique ? De thrillers captivants, ou encore biopic musical ?

« Animal on est mal » – Shellac films

Derrière ce titre rappelant la chanson de Gérard Manset se cache une trilogie… pas comme les autres. Trois films qui proposent de se plonger dans les liens intimes entre humains et animaux, ce qui les rapproche autant que ce qui les éloigne. Il y a d’abord Gorge Cœur Ventre : plongée dans un abattoir que le nouveau venu, accompagné de son fidèle chien, découvre. Réalisé par Maud Alpi, ce film a remporté le Prix Louis-Delluc du premier film en 2016. Puis, Va, Toto ! : un documentaire de Pierre Creton contant trois histoires croisées, entre un marcassin, des singes et des chats. Enfin, la trilogie se conclue avec l’inédit L’Île aux Oiseaux : à la fois cru et empreint de poésie, on suit la longue thérapie d’oiseaux recueillis (mais pas que) au sein d’un aéroport. Une trilogie non exhaustive, uniquement reliée par cette même thématique des rapports humains-animaux.

Dès maintenant, sur Club Shellac

Travelling, festival de Rennes Métropole

Retour en festival dès cette semaine avec Travelling, de Rennes Métropole. Cette nouvelle édition s’envole pour une destination lointaine, fascinante : la Nouvelle-Orléans. Côté programmation, il y en a pour tous les âges et goûts. L’on retiendra particulièrement Motherland – suivant le parcours d’une mère et son fils dans une URSS en ruines -, Le Crocodile de la Mort – immersion horrifique dans une Louisiane poisseuse -, ou encore plusieurs court-métrages d’animation qui raviront les plus petits. Au terme de ces séances seront organisées des rencontres et discussions, ainsi que des podcasts mis à disposition. Des conférences seront également prévues, s’axant entre autres sur l’histoire de la Nouvelle-Orléans (accessibles par YouTube). A noter la gratuité des court-métrages et de Motherland (nombre de connexions cependant limité). Tous les autres films sont disponibles pour 4€. 

Jusqu’au 23 février, sur la plateforme de La Vingt-cinquième Heure

No Mataras / Cross the Line – En VOD

Combinant drame et thriller, No Mataras est le fruit du réalisateur espagnol David Victori. Celui-ci nous invite à partager le cauchemar nocturne de Dani, jeune homme renfermé qui se laissera entrainer d’une femme mystérieuse et d’un Barcelone plus sombre que jamais. Les multiples plans séquences dépeignent tout ce qui peut se passer de pire une fois la nuit tombée : combats et meurtres à mains nues, excès de toutes sortes… C’est dans ce Barcelone aux tons et graphismes rappelant l’univers cyberpunk que Dani tombera… sans jamais toucher le fond. Interprétations, mise en scène, construction, rien (ou presque) n’a été négligé. De quoi nous être piégé à notre tour. 

Dès le 21 février, en VOD.

Tribes of Europa – Netflix

Après l’excellent Dark, la science-fiction allemande mise sur cette dystopie de science-fiction qui avance les pendules de cinq décennies. 2074, l’Europe se déchire après avoir été frappée par plusieurs catastrophes. Trois frères et sœurs tentent de survivre dans ce qui est maintenant devenu un continent dominé par plusieurs tribus. Mais une touche de fantastique vient s’y mêler avec l’intrigue d’un mystérieux « cube ». Oscillant entre ses consœurs populaires The 100 et Dark, Tribes of Europa intrigue. Pépite ou énième série post-apocalyptique ? Les paris sont ouverts. 

Dès le 19 février, sur Netflix. 

Judy – myCANAL 

On termine sur une note musicale avec Judy, biopic émouvant qui retrace les six derniers mois de la légende Judy Garland. Campée par une Renée Zellweger transcendante, Judy Garland était à cette époque épuisée, brisée par ses décennies de popularité, pression de toutes parts et substances destructrices. Une vie tumultueuse, sombre, tantôt sous la lumière des projecteurs, tantôt confrontée à son seul regard. Celle qui fut propulsée au premier rang grâce à son personnage Dorothée Carter dans Le Magicien d’Oz se retrouve étiquetée d' »has-been ». Et sa déchéance : lente, inexorable, déchirante. Malgré une mise en scène plutôt lisse et sans grande prise de risque, Renée Zellweger porte littéralement ce biopic sur ses épaules. 

Dès le 23 février, sur myCANAL.

Visuel : ©wildside / Cross the Line

Sofia Teillet nous entraîne au coeur de la sexualité végétale
Bruce Springsteen La Totale : la carrière du Boss décryptée au fil de ses 332 chansons
Manon Bonnenfant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture