A l'affiche

Želimir Žilnik à l’honneur au Centre Pompidou

Želimir Žilnik à l’honneur au Centre Pompidou

15 avril 2019 | PAR Yaël Hirsch

Jusqu’au 12 mai, le Centre Pompidou rend hommage à l’une des figures de proue de la « Black wave » yougoslave. Critique du régime de Tito, marqué par la guerre et sensible au sort des Roms, des ouvriers d’hier et des réfugiés syriens d’aujourd’hui, le cinéma toujours un peu documentaire de Zelimir Zilnik est une découverte.

Né dans un camp de concentration nazi en 1942, Zilnik a réalisé plus de 60 films et a cinquante ans de cinéma derrière lui. Ours d’or en 1969 avec Travaux Précoce, film critique de Tito du point de vue d’étudiants qui partent semer la révolution dans les Champs, Zilnik est le fondateur de la « black wave » aux côtés de Aleksandar Petrovic, Dusan Makavejev et Zivojin Pavlovic. Caméra au poing, sur un mode naturaliste très « nouvelle vague » Zilnik documente toujours une réalité très politique, et suit les opprimés avec sa caméra. Mêmes ses fictions les plus surréalistes ont un base documentaire qui impressionne.

La rétrospective organisée par le Centre Pompidou permet de découvrir les courts du réalisateur, notamment June Turmoil (1969, 11′) sur mai 68 en Yougoslavie, Black Film (1977) sur les sans-abris ou Tito Among the Serbs for the Second Time (apparition en pleine guerre, 1994, 43 ‘). Parmi les longs, l’on se jettera sur l’ovni Marble Ass (1995) où un travesti veut pacifier les Balkans à sa manière, la superbe trilogie qui suit les pérégrinations de Kenedi, un Rom du Kosovo réfugié en Allemagne pendant la guerre et réexpédié à Belgrade qu’il ne connaît pas après la guerre. Enfin, le dernier film de Zelimir Zilnik, The Most Beautiful Country in the World (Das schönste Land der Welt) date de 2018 et suit des réfugiés syriens et afghan à Vienne. L’image est maîtrisée, le message reste très engagé et important pour l’Europe. Un cinéma à découvrir tout un mois au Centre Pompidou. 

visuel : affiche 

Infos pratiques

« Mort de rire », Pascal Parisot et Charles Berberian font chanter les squelettes !
L’agenda culturel de la semaine du 15 avril.
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *