A l'affiche
« Vie et destin du livre noir » : projection et débat en ligne le 27 janvier au Festival Français du Film Juif.

« Vie et destin du livre noir » : projection et débat en ligne le 27 janvier au Festival Français du Film Juif.

25 janvier 2021 | PAR Yaël Hirsch

Depuis le 19 janvier, le Festival Français du Film Juif bat son plein… en ligne ! Nous vous avons parlé des fictions programmées (le nouveau Eytan Fox, The Humorist, Shiva Baby, Si tu vois ma mère) mais pas encore des documentaires. celui de Guillaume Ribot sur le « Livre noir » des destins des 3 millions de juifs soviétiques assassinés en terrain d’avancée nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, a été interdit pendant plus de 50 ans.

Le jour de la commémoration de la Libération du camp d’Auschwitz, le 27 janvier 2021, regardez-le en ligne, suivi d’un débat entretien avec l’historien Tal Bruttman et le réalisateur Michaël Prazan, écrivain et réalisateur, animé par le Journaliste Samuel Blumenfeld.

Pendant la Guerre, plusieurs intellectuels juifs (Ilya Ehrenbourg, Itzik Feffer, Solomon Mickhoels, Vassili Grossmann) soviétiques convaincus, mettent en œuvre le projet suggéré par Albert Einstein de recenser les exactions commises à l’égard des juifs russes et ukrainiens lors de la Seconde Guerre mondiale. Soutenus dans leur projet par le régime soviétique au début (avec notamment l’ordre de mission d’aller aux Etats-Unis alors alliés contre les nazis en pleine guerre pour Izhik Feffer & Solomon Mikhoels), les auteurs de ce livre noir prennent de plein fouet les dernières années d’un Staline de plus en plus paranoïaque et antisémite et d’une réalité décrite dans le livre : les poûlations locales ont participé aux meurtres de masses perpétrés par la Wehrmacht.

Le livre finira par paraître dans les années 1990 et dans les années 2000 en Russie…

Dans un noir et blanc élégant, avec un texte clair et des citations des lettres et textes des auteurs lues par Denis Podalydès, Hyppolyte Girardotet Vassili Grossman, le documentaire nous plonge vraiment dans une époque et dans les idéaux d’intellectuels profondément communistes, anti-nazis, attachés à leur pays et trahis voire assassinés. Les textes de Grossmann à Stalingrad ou l’amitié des deux envoyés juifs soviétiques avec le chanteur américain Paul Robeson, sont des pages âpres dont le film perpétue le souvenir.

Vie et destin du Livre noir de Guillaume Ribot, animé par les voix d’Aurélia Petit (narratrice), Denis Podalydès de la Comédie Française (Solomon Mickhoels), Hyppolyte Girardot (Ilya Ehrenbourg) et Mathieu Almaric (Vassili Grossman), 2019, 92 min. A voir le 27 janvier 2021 en ligne avec le Festival Français du Film Juif.

visuel : Itzik Feffer, Solomon Mickhoels & Albert Einstein – Domaine public / Wikipedia Commons

« Maelstöm », la douce et brillante rage de Marie Vauzelle
Lewis Evans entre amour et mélancolie dans « Le Rayon Vert »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture