Cinema
Rattraper l’excellente comédie « Si tu vois ma mère » au Festival du Film Juif

Rattraper l’excellente comédie « Si tu vois ma mère » au Festival du Film Juif

16 janvier 2021 | PAR Yaël Hirsch

Du 19 janvier au 1er février le premier Festival français du film juif a lieu en ligne et permet de découvrir de nombreux films en avant-première, mais aussi de rattraper cette comédie réjouissante de Nathanaël Guedj, diffusée l’an dernier sur Arte. Séances les 28 et 29 janvier !

Max (Félix Moati) est un ophtalmologue très entouré par ses deux sœurs et absolument inséparable de sa mère (Noémie Lvovsky). Tant et si bien qu’ils fêtent, en général, leurs anniversaires ensemble dans le généreux restaurant qu’elle tient. Une nuit, alors qu’elle prévoyait de partir vivre pour le Japon, la vie de Noémie la quitte, brusquement. Alors qu’une de ses sœurs attend un bébé d’un papa inconnu et que l’autre reprend le restaurant, Max, lui VOIT sans arrêt sa mère et se met à vivre avec elle, plus que jamais, chez elle ou chez lui. Pas facile dans ces circonstances de commencer une vraie histoire d’amour avec sa collègue de cabinet, Ohiana, psy, solide et sauvage (Sara Giraudeau)…

Extrêmement bien écrit, Si tu vois ma mère sculpte un portrait de la mère juive en or. Délicieuse, merveilleuse Noémie Lvovsky irradie. C’est fort, c’est drôle, c’est gênant, c’est émouvant et c’est tellement bien ficelé que l’on est complètement happé par cette famille juive en deuil et si pleine de vie. Un film directement diffus » sur Arte en avril 2020, mais qui est passé par le Festival du film juif de Toronto et que vous pourrez retrouver au Festival du film juif qui s’ouvre cette semaine en ligne avec le FSJU. Dates : les 28 et 29 janvier. 

Pour le Festival du film juif, le principe est de s’acheter un pass pour le festival ou un billet pour un film alors disponible 48h. informations et inscriptions, ici.

Si tu vois ma mère de Nathanaël Guedj , avec Félix Moati, Noémie Lvovsky, Sara Giraudeau, Gilles Cohen, Eugénie Derouand, Géraldine Martineau, Esteban, Raphaël Quenard, 1h40, 2020. 

visuel (c) Arte 

 

 

(Valence) « to.braid — to.gather », le solo show de Naomi Melville à la Galerie The Liminal
« La ronde » : La playlist chorégraphique de Boris Charmatz au Grand Palais
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture