A l'affiche
[Portrait] Eric Toledano et Olivier Nakache, au delà d’Intouchables, un duo majeur de la comédie française

[Portrait] Eric Toledano et Olivier Nakache, au delà d’Intouchables, un duo majeur de la comédie française

09 octobre 2014 | PAR Gilles Herail

Après Intouchables et pour la sortie de Samba et du coffret dvd regroupant tous leurs films, retour sur la carrière d’un duo essentiel du cinéma français qui a su amener un ton particulier au sein de la comédie dramatique populaire en réconciliant critique et public.

Tolédano/Nakache comment avec Je préfère qu’on reste amis. Un semi échec en salles, passé inaperçu malgré son indéniable charme. Une comédie qui bénéficiera peut être d’un effet Intouchables pour connaître une seconde vie à la télévision et en vidéo. On y retrouve le Depardieu qu’on aime dans un de ses meilleurs rôles depuis les années 2000. Un ogre élégant, Don Juan de pacotille coachant avec tendresse son petit protégé, Jean-Paul Rouve, pour mieux masquer sa profonde solitude. Comédie sociétale s’amusant de l’industrie de la rencontre dans un monde où le célibat est considéré comme un échec social, Je préfère qu’on reste amis dérive progressivement vers une vraie romance, affectueuse, émouvante, portée par la complicité de son couple d’acteurs.

Nos jours heureux reprend le postulat d’un court-métrage et permet aux réalisateurs de retrouverJean-Paul Rouve, entouré d’une fine équipe que l’on retrouvera par la suite. Porté par un vrai enthousiasme public, le film tient en salles tout l’été et connait une heureuse carrière en dvd. Nos jours heureux part d’une expérience nostalgique et fédératrice : la colonie de vacances. Fabuleux prétexte pour parler de groupe, d’émotions collectives, de musique, de slow, de premières fois. Du funk, de la folie, des explosions et toujours cette tendresse caractéristique. Le style Tolédano/Nakache s’affirme dans cette comédie feel-good, devenue un classique des rediffusions. Le film révèle Joséphine de Meaux, formidable nature comique devenue culte grâce à son rôle de timide maladive se transformant en une folle furieuse à la vulgarité jouissive.

Tellement Proches, marque un coup d’arrêt surprenant dans l’ascension fulgurante du duo qui subit ici un semi-échec inattendu. Tournée d’avant-premières plébiscitaire, retours publics triomphaux, presse positive, thème de la famille ultra rassembleur. Mais 800.000 entrées au final pour un film qui en espérait au moins deux fois plus. La ressemblance avec Intouchables est évidente. Même volonté de mêler rythme comique et émotion, d’inviter le social et les milieux populaires. Franche réussite comique, Tellement Proches n’évite pas les maladresses dans une dernière partie très mélo. Une nouvelle fois, Tolédano et Nakache révèlent des acteurs qui n’ont jamais été aussi bons. François Demaison et Audrey Dana forment un couple incroyablement réjouissant. Les seconds rôles habitués de leur cinéma sont bien là: Joséphine de Meaux, Jean Benguigui, Omar Sy et Catherine Hosmalin. Le film est en permanence dynamique, bordélique, en mouvement, dans un festival d’engueulades, de retrouvailles, de cris, de pleurs, de burlesque. 

Arrive alors Intouchables,  sur lequel tout a déjà été dit et qui appartient dorénavant au patrimoine cinématographique mondial. Mondial car l’engouement inexplicable autour du film l’a emmené aux Oscars, en Corée ou au Japon où le film a connu des succès de blockbuster américain. Le phénomène a fait oublier les précédents films du duo, la presse ne se souvenant parfois pas que Nos jours heureux avait lui aussi bénéficié d’un petit phénomène à sa sortie. Intouchables appartient pourtant bien à leur filmographie naissante, bourrée de qualités. Tolédano et Nakache s’autorisent enfin des envies de mise en scène, de plans, d’images. Notamment dans la première séquence du film où l’on suit Cluzet et Omar embarqués en voiture de nuit sur le périph, sur fond de musique mélancolique. Juste avant une rupture de ton comique qui emmène le film autre-part. Intouchables est un film plus mature, plus carré, plus fouillé, à défaut d’être le plus charmant de leur filmographie. La promotion autour de Samba confirme cette ambition nouvelle. En mélangeant la comédie romantique et la thématique sociale et en accueillant Tahar Rahim et Izia Higelin. On attend le film avec impatience, en espérant que les deux réalisateurs sauront garder la légèreté, la fraîcheur et l’humanité qui les caractérise, en évitant l’émotion facile qui pointait parfois le bout de son nez dans Intouchables et Tellement Proches. 

Gilles Hérail 

Coffret DVD Eric Tolédano et Olivier Nakache, sortie dans les bacs chez TF1 Vidéo, 30 euros

Samba, une comédie dramatique et romantique avec Omar Sy et Charlotte Gainsbourg, sortie en salles le 15/10/2014

 

Sergent Yorke gagne une bataille
Dinard, Jour 2 : Le jury est là, ouverture avec « Sunshine on Leith » et choc culturel en Espagne
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *