A l'affiche

Paradis Perdu d’Eve Deboise : père et fille dans la nature…

Paradis Perdu d’Eve Deboise : père et fille dans la nature…

21 juin 2013 | PAR Yaël Hirsch

La réalisatrice de « Week-end à Rome (2003) met en scène la jeune Pauline Etienne dans un face à face avec le charismatique Olivier Rabourdin. « Paradis perdu » est un joli film sur la relation père-fille, en pleine nature.

Lucie (Pauline Etienne) a 17 ans, fait ses études par correspondance pour travailler la terre avec son père, Hugo (Olivier Rabourdin) dans une petite exploitation agricole du sud de la France. La mère a disparu, laissant la jeune-fille et le père mélancoliques, mais très attentionnés l’un à l’égard de l’autre. L’arrivée d’un jeune employé qui aide le père pour les travaux difficiles apporte un peu d’air à Lucie, tandis qu’après un an sans donner de nouvelle, le personnage destructeur de la mère (sensuelle Florence Thomassin) réapparaît. Hugo tente de protéger sa fille et d’éloigner son ex-femme…

Sur fond de pinèdes et ciel fauve, ce sont les corps et les visages qu’Eve Deboise. peu de mots donc, mais plutôt des gestes et des expressions pour signifier l’absence et aussi la tendresse folle du père et de la fille. Ayant demandé à Pauline Etienne de prendre un peu de poids pour jouer une anti-lolita, la réalisatrice la fige malheureusement dans une expression mélancolique et boudeuse. Massif et juste, Olivier Rabourdin est formidable. Mais ce sont surtout les paysages intemporels qui séduisent dans ce « Paradis perdu ». Que ce soit dans les champs, au marché ou à se plonger nu dans le lit de la rivière, la réalisatrice arrive vraiment à transmettre l’idée que « Là bas tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté… ». Un très joli film, à la fois lent et authentique.

« Paradis » Perdu d’Ève Deboise, avec Pauline Etienne, Olivier Rabourdin, Ouassini Embarek, Florence Thomassin, France, 2012, 1h33, Epicentre films, sortie le 4 juillet 2012.

90 minutes : un film dur et brillant sur la violence conjugale de la norvégienne Eva Sorhaug
« Là-bas » de Jean Jacques Goldman s’invite au bac Français
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *