A l'affiche

[Critique] « La Playa », une plongée rythmée dans la culture afro-colombienne

[Critique] « La Playa », une plongée rythmée dans la culture afro-colombienne

25 mars 2013 | PAR Hugo Saadi

Pour son premier film, le colombien Juan Andrés Arango Garcia nous plonge dans les rues glauques de Bogota et présente une partie méconnue : les quartiers noirs de cette « ville blanche ». Sous ses allures de film documentaire, La Playa propose une belle immersion dans ce quartier pauvre où la violence est quotidienne. Le film sélectionné dans la catégorie « Un Certain regard » lors du dernier festival de Cannes est touchant et porté avec réussite par les 3 jeunes acteurs.

Tomas (Luis Carlos Guevara), afro colombien qui a dû fuir son village à cause de la guerre, vit désormais à « La Playa », quartier de Bogota et fait tout pour s’y intégrer. Son frère aîné, Chaco (Jamés Solís) tente d’échapper de la ville en fuyant clandestinement, tandis que son frère cadet, Jairo (Andrés Murillo) y échappe par la drogue. Le film dépeint donc ces 3 choix de vie et J. A. Arango Garcia les fait s’entrecroiser de manière à proposer à chaque protagoniste un destin différent où toute étape peut être synonyme de non retour.

Dans cette ville pleine de transformations où les noirs luttent pour s’imposer, Tomas va tracer son chemin et se faire une place dans le monde de la coiffure afro. Animé par sa passion pour le dessin, il va l’exercer à travers son métier et transformer ses croquis en coupe de cheveux. Le spectateur déambule dans les rues avec Tomas grâce à une bonne utilisation de la caméra à l’épaule, on est toujours au contact des acteurs et l’immersion est réussie. La réalisation est vivante et riche, on ressent parfaitement la violence qui contamine les jeunes. Le réalisateur colombien use de ses talents de directeur de la photographie qu’il a acquis sur des documentaires et dote La Playa d’une esthétique urbaine magnifique. On est en plein dans les quartiers pauvres de la périphérie où le quotidien est dur et les moyens de se faire de l’argent sont multiples mais peu glorieux.

La Playa est vraiment plaisant à regarder, tel un documentaire, on ne ressent pas la présence de la caméra et les jeunes acteurs sont d’un naturel éclatant. Ajouter à cela, une bande son très originale composée en majeure partie d’une musique urbaine, rap et hip-hop ainsi que d’airs de Marimba. Le film de Juan Andrés Arango Garcia fait découvrir cet aspect méconnu de la présence de la culture africaine en Colombie et plus particulièrement sur la côte pacifique. Au final un premier film très humaniste, pêchant de temps à autres par son manque de profondeur, mais très prometteur pour la suite. Réalisateur à suivre !

« La Playa » un film de Juan Andrés Arango Garcia avec Luis Carlos Guevara, Jamés Solís, Andrés Murillo, Colombie, 1h32, Sortie le 17 avril 2013.

 

visuels : (c) Jour2fête

Aux Bouffes du Nord, on se demande si tout va vraiment bien en Amérique
Les 10 incontournables de la semaine du 25 mars
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *