A l'affiche
[Festival Biarritz Amérique latine] »Aspirantes », un premier film brésilien qui prend aux tripes

[Festival Biarritz Amérique latine] »Aspirantes », un premier film brésilien qui prend aux tripes

01 octobre 2015 | PAR Olivia Leboyer

Aspirantes

Arrivée aujourd’hui à Biarritz, TLC a découvert un très beau premier film brésilien, sobre et percutant (primé à Locarno) Avec Aspirantes, Ives Rosenfeld livre un premier film tendu et très physique sur la jeunesse brésilienne, entre aspirations, rêves diffus et réalités bloquées. 

[rating=4]

Aspirantes est un film frappant, sans esbroufe, très maîtrisé. Des qualités formelles indéniables, qui n’entament en rien l’émotion. Le film s’ouvre sur une scène de boîte de nuit, syncopée, qui se prolonge en une conversation à bâtons rompus entre deux amis. Très proches, Junior et Bento partagent les soirées arrosées et, surtout, les entraînements intensifs au club de football.

Au Brésil, le foot est plus qu’un sport, un véritable mode de vie (comme nous l’avions vu dans l’excellent documentaire d’Eric Cantona, Looking for Rio, qui retraçait les itinéraires des clubs mythiques de Rio, avec leurs différences de classes). Aussi semble-t-il normal à Junior de passer son temps au stade plutôt que de chercher un emploi. Il en aurait pourtant bien besoin, puisque sa petite amie vient de tomber enceinte. Délurée et pleine de vie, la jeune fille est pour l’instant très épanouie. Seulement, les deux jeunes gens sont encore des enfants, qui envisagent cette grossesse dans une sorte de flou artistique. La mère de la jeune fille, bienveillante envers le petit couple, s’emporte soudainement devant leur inconscience tranquille. Voir sa fille reproduire le même schéma qu’elle ne peut que l’angoisser. Cette peur se transmet peu à peu au jeune Junior.

Visage juvénile, Junior ressemble beaucoup plus à un enfant qu’à un homme. D’un seul coup, le voici confronté à une paternité future et à la venue d’un agent recruteur dans le petit club. Comme dans une tragédie antique, la pression monte, jusqu’au craquement fatal.

Aspirantes nous émeut par sa simplicité, par le jeu naturel et explosif des acteurs (notamment les femmes), par la rigueur de sa construction. Les ruptures de ton sont réellement surprenantes, choquantes. Le jeune réalisateur parvient à nous rendre sensible l’intimité de ces familles brésiliennes, l’ambiguïté des rapports entre les deux amis et la pression asphyxiante des entraînements sportifs.

Comme dans tout très bon film, le dernier plan est particulièrement réussi. Le film ne séduira peut-être pas le grand public (les festivaliers de Biarritz ont peu applaudi), car il échappe délibérément aux codes narratifs classiques. Subtil, fin, nerveux, il nous a remués.

Aspirantes, de Ives Rosenfeld, co-scenario Pedro Frere, Brésil, 71 minutes, avec Aricienes Barroson Sergio Malheiros, Julia Bernat. Festival Biarritz Amérique latine, en compétition (Prix du Meilleur Work in Progress au Festival de Locarno 2014).

visuels: photo officielle du film, affiche officielle du festival.

De splendides « Derniers jours des rois » chez Perrin
Dinard, jour 2 : Ouverture officielle, hommage à Pascal Chaumeil et Jean Rochefort superstar
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *