A l'affiche

[Festival Biarritz Amérique latine] Le Palmarès, « Ixcanul » grand vainqueur

[Festival Biarritz Amérique latine] Le Palmarès, « Ixcanul » grand vainqueur

03 octobre 2015 | PAR Olivia Leboyer

Ixcanul

L’Abrazo d’Or a été décerné à Ixcanul de Jayro Bustamante. Le film reçoit aussi le Prix de la Critique internationale.

La récompense est amplement méritée : nous avions découvert Ixcanul au Festival de Berlin (voir notre critique). L’histoire de cette toute jeune fille, promise au riche patron d’une plantation de café du Guatemala, mais tombée enceinte d’un garçon de son âge, nous avait marqués. Désirs débordant d’un coup, bonne volonté des parents, bienveillants mais très démunis et, surtout, l’implacable loi du maître, qui possède terres, maîtrise de la langue et pouvoir.

Le Prix du Jury va au très beau Un Monstruo de mil cabezas du Mexicain Rodrigo Pla, un film tendu et éprouvant sur la lutte d’une femme contre une compagnie d’assurance. Un film juste, très sobre.

Le Prix d’interprétation féminine est décerné à Dolores Fonzi, remarquable dans Paulina de l’Argentin Santiago Mitre.

Le Prix d’Interprétation masculine est remis au jeune Luis Silva dans Desde Alla de Lorenzo Vigas, Lion d’or à la Mostra de Venise (Luis Silva joue magnifiquement, et nous avions également aimé Alfredo Castro dans ce même film)

Le Prix du Public a été attribué à la satire politique corrosive et emballante La Dictadura perfecta du Mexicain Luis Estrada. Enorme carton au Mexique, le film a aussi séduit Biarritz.

Le Prix du meilleur documentaire a été décerné à Invasion du Panaméen Abner Benaim. Et le Prix du Public du meilleur documentaire au très humain film chilien La Once de Maite Alberdi.

Cliquez ici pour lire toutes nos critiques de cette édition 2015.

Un très beau palmarès : Ixcanul de Jayro Bustamante est vraiment un film superbe, où la beauté de la nature et l’impuissance des hommes exploités entrent en résonance.

visuels: photo officielle de Ixcanul et affiche officielle du Festival.

« Babayaga » de Toby Barlow : sorcelleries dans le Paris des années 1950
La Nuit Blanche de Toute La Culture
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *