A l'affiche
Cruella ou la méchante la plus stylée de Disney

Cruella ou la méchante la plus stylée de Disney

21 juin 2021 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Pour sa dernière création en prise de vue réelle, Disney se plonge dans l’histoire d’une des méchantes les plus fascinantes de son répertoire : Cruella d’Enfer. Emma Stone et Emma Thompson y sont au sommet de leur classe et de leur insolence dans ce film aussi sombre qu’incroyablement créatif.

Après Maléfique, histoire de la méchante fée de La Belle au bois dormant sortie en 2014, Disney se lance dans le préquel racontant les origines de Cruella d’Enfer, personnage emblématique créé par Dodie Smith dans Les cent un dalmatiens (1956) et popularisé par son adaptation en film d’animation en 1961. Exubérante et fantasque, Cruella fait partie de ces anti-héros aussi détestables que géniaux qui méritent amplement un film qui leur soit dédié. Voire même plusieurs, puisque Glenn Close avait déjà incarné la méchante en folle créatrice de mode dans le film de 1996, Les 101 Dalmatiens, et sa suite Les 102 Dalmatiens (2001).

D’Estella à Cruella

Pour cette nouvelle version explosive et diabolique, c’est Emma Stone qui campe le personnage. Oubliez ici la fumée de cigarette verdâtre et la folie meurtrière de chiens, Cruella y est moins obscure et malsaine – film tout public oblige – mais elle n’en perd pas pour autant son âme de méchante. On découvre ainsi qu’elle fut d’abord Estella, orpheline espiègle et voleuse qui rêve de travailler dans la mode. Elle vit avec ses deux amis Jasper et Horace, eux aussi orphelins et voleurs, dans un appartement délabré au cœur du Londres des années 70.

L’élément déclencheur de son évolution est sa rencontre avec la Baronne, créatrice de mode mythique interprétée par la fabuleuse Emma Thompson. Avec sa froideur et ses tenues extravagantes, elle est l’incarnation d’un narcissisme décomplexé où l’apparence est toujours reine, façon Le Diable s’habille en Prada. Celle-ci repère le talent de la jeune Estella et l’embauche dans sa maison de couture, sans penser que cela la mènera à affronter la diabolique Cruella.

Plus qu’une transformation, le film montre que Cruella a toujours été au cœur d’Estella et qu’elle ne fait que se révéler au grand jour le moment venu. Petite, elle avait réussi à dompter cet alter ego maléfique incroyablement rusé mais qui la rendait turbulente, pour se fondre dans la masse comme le souhaitait sa mère. Mais comme un terrible penchant dont on n’arrive jamais vraiment à se débarrasser, Cruella revient au galop dans une terrible envie de détrôner sa nouvelle ennemie, la Baronne, et de prendre sa place sur le devant de la scène. 

Une réalisation explosive

Si Estella semble d’abord jouer ce rôle jouissif pour mener à bien son plan, elle finit par embrasser totalement cette facette de sa personnalité tout à fait effrayante. Pour marquer cette transition, c’est tout un style vestimentaire qui l’accompagne et surtout le retour de la fameuse couleur naturelle de ses cheveux – moitié noir, moitié blanc – qu’elle cachait honteusement jusqu’ici. Si la mode est cœur de l’histoire de Cruella, il était évident qu’il fallait le voir à l’écran. Reprenant les tendances punk des années 70 et s’inspirant de créateurs comme Vivienne Westwood ou Alexander McQueen, la costumière du film aurait créé pas moins de 47 looks pour Emma Stone, tous plus fous les uns que les autres. 

Car tout y est question d’image et de prestige, Cruella ne pouvait être la méchante la plus stylée de Disney sans une garde-robe aussi audacieuse et excessive que son personnage. De même pour les décors, incroyablement travaillés, tout a été pensé pour donner au duo de tête Cruella et la Baronne un terrain de jeu à la hauteur de leur panache. Il en ressort le film Disney probablement le plus créatif réalisé jusqu’ici, reprenant tous les codes du personnage de Cruella, de la fourrure dalmatien à sa conduite catastrophique dans sa fameuse Panther De Ville, pour les intégrer à l’univers chicissime de la haute couture et aux extravagances rock des années 70. Long de 2h14, rien n’y a été fait dans la demi-mesure, le réalisateur Craig Gillespie et le scénariste Tony McNamara prépareraient même déjà une suite…

 

Cruella de Craig Gillespie, avec Emma Stone, Emma Thompson, Joel Frye, Paul Walter Hauser, Mark Strong. 2h14. En salles le 23 juin. 

Escapade baroque en Savoie et Haute-Savoie
Exclusivité Toute la culture : L’interview du réalisateur Emmanuel Gras pour les 60 ans de la Semaine de la Critique
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture