A l'affiche

[Critique] Zulu, Forest Whitaker et Orlando Bloom impressionnants

[Critique] Zulu, Forest Whitaker et Orlando Bloom impressionnants

22 novembre 2013 | PAR Olivia Leboyer

Zulu1

Du roman saisissant de Caryl Féret (Gallimard, 2008), Jérôme Salle a extrait une trame nerveuse, frappante. Forest Whitaker et Orlando Bloom portent le film. En salles le 4 décembre.

[rating=3]

Le roman de Caryl Féret décrivait l’Afrique du Sud post-apartheid avec finesse et complexité. Le film est certes plus brut, plus massif. Mais Jérôme Salle (les Largo Winch et surtout l’inénarrable et décalé Anthony Zimmer) réussit à restituer une vraie atmosphère de polar poisseux et cauchemardesque, en privilégiant le rythme et la dimension très physique, nerveuse, de cette quête au cœur des ténèbres. Sans révéler l’intrigue, disons seulement que l’on part du meurtre sauvage d’une riche jeune fille blanche, pour plonger dans les abîmes des trafics et expérimentations les plus répugnants.
L’enquête est menée par une équipe de policiers, dirigée par Ali (Forest Whitaker) et Brian (Orlando Bloom). Ali, taiseux, solitaire, cache visiblement une blessure secrète. Enfant, il a vu son père tué sous ses yeux (comme dans Le Majordome). Il lui reste sa mère, vieille femme courageuse et énergique, mais les drames sont faits pour se répéter… Brian, lui, est un jeune policier déjà brisé par l’alcool et l’addiction sexuelle, qui se perd dans des nuits toujours plus glauques.

Cela fait longtemps que l’on sait Forest Whitaker grand acteur (Ghost Dog de Jim Jarmush, notamment). Orlando Bloom se révèle ici tout aussi impressionnant : il promène sa silhouette fatiguée, son regard triste, avec une grâce certaine.

Leur duo désenchanté, impeccablement réglé, porte le film. Caryl Féret, dans son roman, décrivait des scènes d’une violence terrible. Ici, la violence est montrée dans toute sa clarté, irriguant le film d’un bout à l’autre.

Zulu, de Jérôme Salle, adapté du roman Zulu de Caryl Férey, scénario Jérôme Salle et Julien Rappeneau, coproduction, France, 2012, 1h50, avec Forest Whitaker, Orlando Bloom, Conrad Kemp, Inge Beckmann, Tinarie Van Wyk-Loots, Regardt Van den Bergh. Sortie le 4 décembre 2013.

visuels: photos, bande annonce et affiche officielles du film

Le printemps de Robyn Orlin inonde le Festival d’Automne
[Critique] La Jalousie, la tristesse douce de Philippe Garrel
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *