A l'affiche
[Critique] « Renaissances » Ryan Reynolds excellent dans un film de science-fiction timoré de Tarsem Singh

[Critique] « Renaissances » Ryan Reynolds excellent dans un film de science-fiction timoré de Tarsem Singh

30 juillet 2015 | PAR Gilles Herail

Renaissances détonne dans la carrière du flamboyant Tarsem Singh. Ce film de commande sérieusement exécuté séduit plus par la qualité de son interprétation, Ryan Reynolds en tête, que par l’originalité de sa mise en scène. Une série B parmi d’autres.

[rating=2]

Synopsis officiel : Que feriez-vous si on vous proposait de vivre éternellement ? Damian Hale, un richissime homme d’affaire new yorkais atteint d’une maladie incurable, se voit proposer une opération révolutionnaire par le mystérieux groupe Phénix : transférer son esprit dans un corps de substitution, « une enveloppe vide », un nouveau corps jeune et athlétique pour prolonger sa vie. Comment résister à une telle proposition ? Damian Hale procède au transfert et redécouvre les joies de la jeunesse, du luxe et des femmes dans son nouveau corps. Jusqu’au jour où Damian découvre un terrible secret sur l’opération. Un secret pour lequel Phénix est prêt à tuer.

Tarsem Singh s’est fait connaitre grâce à un style visuel flamboyant, que l’on aime ou que l’on déteste. Qui différenciait incontestablement The Cell, Les Immortels et Blanche-Neige du tout-venant de la production Hollywoodienne. Le retour du réalisateur indien à la science-fiction avait attisé notre curiosité, avec un postulat déjà vu mais toujours aussi passionnant : la quête d’immortalité et la réincarnation d’un vieil esprit dans un corps plus jeune. Le premier tiers de Renaissances est d’ailleurs une bonne surprise. La mise en scène de Tarsem Singh reste discrète mais quelques décors, des effets de montage efficaces et des choix musicaux intéressants donnent au film un certain cachet. Le scénario traite plutôt bien la question de la réadaptation de l’esprit dans un enveloppe charnelle qui n’est pas la sienne. Qui nécessite de la rééducation mais offre également la possibilité ludique de tester des capacités régénérées.

Ryan Reynolds continue d’étonner après The Voices et livre une nouvelle fois une très belle performance. En reprenant le phrasé et les attitudes d’un vieux milliardaire brillant mais cynique et en nous faisant croire à la réincarnation de ce magnat des affaires dans un corps d’Américain moyen. Renaissances cale en revanche à partir du moment où le personnage principal réalise que les méthodes utilisées pour assurer sa survie sont discutables. S’ensuit alors une longue course-poursuite avec des scènes d’action sans gloire et des rebondissements scénaristiques pas à la hauteur. On pense à Time Out d’Andrew Nicol dont le premier tiers utilisait à merveille une bonne idée de science-fiction, avant d’abandonner toute ambition pour devenir une simple série B d’action. Tarsem Singh échoue à maintenir une ambiance et son film se fond alors dans la masse des productions à budget moyen investissant le même champ. On retiendra alors simplement l’implication des acteurs qui donne au film une certaine sensibilité.

Gilles Hérail

Renaissances, un thriller de science-fiction de Tarsem Singh avec Ryan Reynolds et Ben Kingsley, durée 1h56, sortie le 29 juillet 2015 

Visuels : © photos officielles et affiches officielles des films
« Funny Girl », Nick Hornby aux origines sucrées du feuilleton télévisé
Coup de gueule de Jean-Pierre Pernaut sur Facebook
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *