A l'affiche
[Critique] « Metro Manila », drame social et polar sous tension

[Critique] « Metro Manila », drame social et polar sous tension

23 juillet 2013 | PAR Hugo Saadi

[rating=4]

Sean Ellis, le réalisateur de Cashback pose ses caméras à Manille, la capitale des Philippines, pour y développer la tumultueuse arrivée d’un couple de fermiers dans cette ville pleine de vices et fourmillante de monde. Le film a été récompensé par le prix du public au récent Festival du film de Sundance.

Le script de départ est simple. Un jeune couple vivant à la campagne doit faire face à la pauvreté, et n’arrivant plus à subvenir à leurs besoins, est contraint de s’exiler à Manille pour espérer un quotidien meilleur. Après diverses péripéties lors de leur arrivée dans la ville, le couple se doit d’accepter n’importe quel travail : danseuse dans un bar pour Mai (Althea Viga), convoyeur de fonds pour Oscar (Jake Macapagal). Dans un quotidien permanent de survie, la famille va être confrontée à de nombreux défis moraux. Le principal souhait de Sean Ellis est de dresser un portrait psychologique des parents en se focalisant notamment sur Oscar. Ce dernier est confronté à de nombreux dilemmes amoraux dans son travail aux côtés de son coéquipier Ong (John Arcilla) qui va le prendre sous son aile. Oscar va dès lors faire le dur apprentissage de la survie dans cette mégalopole corrompue et violente.

La réalisation colle au plus près des acteurs, avec la plupart du temps des plans rapprochés sur les visages, une volonté de sensibiliser le spectateur sur l’évolution psychologique de chaque protagoniste. Avec son appareil photo numérique, Sean Ellis filme à l’épaule et évite la « shaky cam » durant les scènes d’action, le tout est alors sobre et esthétique. « Metro Manila » est soutenu par une bande originale de grande qualité signée Robin Foster, qui accompagne le film de façon quasi omniprésente. La bande annonce, composée uniquement de musique donne le ton. Cette réalisation permet de s’identifier aux personnages et de développer une forte empathie pour eux. On vit alors le final de façon intense. Un final qui surprend, parfaitement mené et tendu de bout en bout.

« Metro Manila » est très bien rythmé, la survie dans la jungle urbaine de Manille par la famille permettant divers points d’accroche pour le script de Ellis : la quête d’un logement, les difficultés financières ou les difficiles heures de travail . Enfin, Ellis réussit à ne pas tomber dans le manichéisme, aucun jugement sur les actions de chacun n’est porté, il filme la vraie vie (frôlant avec le documentaire) et arrive à nous toucher grâce au facteur humain qui est omniprésent dans le film et renforcé grâce aux bonnes performances des acteurs. Partant d’un drame social, Metro Manila tourne très vite au polar et nous tient en haleine jusqu’à la dernière scène.

« Metro Manila », un film de Sean Ellis avec Jake Macapagal, Althea Vega, John Arcilla. Thriller et drame britannique. Sortie au cinéma le 17 juillet 2013.

visuels : (c) Haut Et Court

Rudolph Herzog, Rire et Résistance. Humour sous le IIIème Reich
Tragique disparition de l’actrice Valérie Lang à l’âge de 47 ans
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture