A l'affiche

[CRITIQUE] « Jurassic World» Chris Pratt et Omar Sy dans un remake très faible de Jurassic Park

[CRITIQUE] « Jurassic World» Chris Pratt et Omar Sy dans un remake très faible de Jurassic Park

13 juin 2015 | PAR Gilles Herail

Jurassic World ne mérite pas l’accueil très indulgent de la presse et des premiers spectateurs. Pâle remake/hommage au Jurassic Park premier du nom de Steven Spielberg, ce blockbuster produit sans conviction sent bon l’opportunisme. A éviter.

[rating=1]

Synopsis officiel : L’Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d’attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude. 

En 1993, un blockbuster scotchait critique et public avec une véritable révolution technique servant la réalisation d’un Steven Spielberg très en forme. A la fois film d’aventures et film d’horreur, Jurassic Park fait toujours partie 22 ans plus tard des grandes œuvres cultes populaires et le « reboot » paraissait inévitable. Cette lourde tâche a été confiée à Colin Trevorrow, découvert dans un petit film indépendant (Safety not guaranteed) qui réalise là son premier film à gros budget. L’idée des producteurs était simple : proposer un hommage (appuyé) au premier film et à la nostalgie qu’il inspire. En créant un dinosaure un peu plus grand et quelques personnages secondaires inutiles, tout en reprenant fidèlement les grandes lignes du scénario.

Jurassic World se veut décontracté et cherche un ton de comédie dans son interminable introduction qui nous présente les deux enfants sans grand charisme, une tante businesswoman insupportable et un dresseur de dinos faussement cool. Chris Pratt dont on avait beaucoup aimé la décontraction dans Les Gardiens de la Galaxie se retrouve avec un non-rôle dont il a beaucoup de mal à se dépatouiller. C’est encore pire pour Omar Sy qui hérite certes de plus de répliques que dans Xmen mais semble être uniquement là pour attiser la curiosité du marché français. Pas de personnages, des effets comiques mal contrôlés et une impression de laisser-aller total sur l’écriture du scénario. Restent alors les fameux dinos. Et c’est peut-être la principale déception du film qui rappelle l’exploit de l’oeuvre originale de Steven Spielberg, qui n’a pas pris une ride.

Visuellement, et à notre grande surprise, le réalisme des dinosaures 2015 laisse un peu à désirer et la version 1993 n’a pas à rougir. Au-delà de l’aspect purement graphique, la réalisation pêche tout autant et n’ose pas aller chercher la tension et le suspens du film d’horreur. On voulait des scènes d’intérieur, des dinosaures cherchant lentement à croquer du touriste. Jurassic World préfère à la pénombre pluvieuse du premier film le soleil d’une comédie familiale qui désamorce le potentiel terrifiant des grosses bestioles. Pas grand chose à sauver dans ce quasi-remake inutile, manquant d’arguments techniques pour compenser ses faiblesses d’écriture et d’interprétation. La saison des blockbusters commence sans enthousiasme. Et on attend Terminator et Antman de pied-ferme.

Jurassic World, un film d’aventures américain de Colin Trevorrow avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard et Omar Sy, durée 2h05, sortie le 10/06/2015


Bande-annonce et visuels officiels.

[CRITIQUE] « Comme un avion » nouvelle échappée douce fantasque de Bruno Podalydès
L’exposition « United State of Mind », un carnet de voyage photographique et musical
Gilles Herail

5 thoughts on “[CRITIQUE] « Jurassic World» Chris Pratt et Omar Sy dans un remake très faible de Jurassic Park”

Commentaire(s)

  • Bo

    C’est « light » comme critique. Il ne suffit pas de balancer des phrases toutes faites pour donner de la consistance à son propos. Une « interminable introduction qui nous présente les deux enfants sans grand charisme, une tante businesswoman insupportable et un dresseur de dinos faussement cool » ; ok, c’est votre avis, mais dans ce cas là développez votre propos et expliquez votre position sérieusement avant de déconseiller aux gens le visionnage de ce film. Que vous voyez l’idée du film comme la seule volonté de « proposer un hommage (appuyé) au premier film et à la nostalgie qu’il procure. En créant un dinosaure un peu plus grand et quelques personnages secondaires inutiles, tout en reprenant fidèlement les grandes lignes du scénario » me laisse à penser, qu’on a pas vu le même film, que vous avez dormi pendant la séance ou alors que vous avez un sens critique limité. Vous ne voyez pas la métaphore que représente l’existence même du nouveau dinosaure, l’Indominus Rex, comme une critique de notre rapport actuel au divertissement ? Le film, sans être parfait, reste toujours plus subtil que votre critique… J’espère sincèrement que vous n’êtes pas payé pour produire une critique aussi pauvre, parce qu’un manque de rigueur comme ça, c’est affligeant. Même si vous n’aimez pas le film ou si vous lui trouvez des défauts (et il en a), vous auriez pu creuser un minimum votre sujet plutôt que faire dans la critique paresseuse.

    juin 14, 2015 at 14 h 02 min
  • Bo

    Alors M. Gilles Hérail, on supprime les commentaires qui nous plaisent pas maintenant ? :)

    juin 14, 2015 at 16 h 42 min
  • Bo

    Ah visiblement non ! :p Mea Culpa ! :)

    juin 14, 2015 at 16 h 43 min
  • Dominique

    Je suis une vraie fan des 3 premiers jurassic park de Steven Spielberg. J’attendais Jurassic world depuis 1 ans, dès que j’ai sue qu’il y aurait un 4ieme film. Mais malheureusement se film est d’une nullité! Rien avoir avec les 3 films de Spielberg!! Trop bébé à mon goût et le choix d’acteur et exécrable! Pour moi c’est un 3/10

    juin 15, 2015 at 7 h 14 min
  • yag

    @Bo
    Il faut vous faire une raison : vous êtes un public pas très difficile.

    juin 15, 2015 at 21 h 31 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *