A l'affiche
[Critique] « Inside Out », un documentaire fascinant sur le plus grand projet d’art participatif

[Critique] « Inside Out », un documentaire fascinant sur le plus grand projet d’art participatif

12 novembre 2013 | PAR Hugo Saadi

[rating=4]

Il y a une semaine on vous parlait du camion photographique de l’artiste français JR de passage à Paris, cette fois-ci on vous fait découvrir le documentaire « Inside Out » qui présente les artistes qui ont suivi JR dans ses méthodes de travail et qui ont contribué au plus grand projet d’art participatif du monde. Intelligent et fascinant, le documentaire « Inside Out » nous fait voyager et nous éclaire sur les origines et la poursuite de ce projet.

Après avoir trouvé un appareil photo dans le métro parisien, JR décide de parcourir l’Europe à la rencontre de ceux qui s’expriment sur les murs et les façades. Il décide alors de coller les portraits des gens qu’il rencontre dans les rues, sous sols et toits de Paris. Puis entre 2004 et 2006, il réalise « Portrait d’une génération ». Un projet qui vise à exposer dans les quartiers bourgeois de Paris des portraits de jeunes de banlieue en très grand format. En 2007, il réalise « Face 2 Face », la plus grande exposition photo illégale jamais créée. L’artiste français affiche d’immenses portraits d’Israéliens et de Palestiniens face à face dans plusieurs villes de part et d’autre de la barrière de sécurité séparant les deux pays. JR cherche véritablement à amener l’art dans la rue tout en faisant un projet humain. Puis c’est le Ted Prize qu’il reçoit qui va être à l’origine du projet Inside Out. Il crée ce projet d’art participatif international et permet aux personnes du monde entier de recevoir leur portrait puis de le coller pour soutenir une idée ou une action.

Un projet qui a pris une ampleur que l’artiste n’aurait jamais pu imaginer. Il l’a d’ailleurs reconduit pour plusieurs années supplémentaires face à la réussite mondiale. Après avoir transmis son savoir-faire et son envie à des milliers de personnes dans le monde entier (plus de 120 000 personnes dans 108 pays), JR se cantonne désormais à imprimer les affiches et a délaissé ses casquettes de grapheur et de photographe. Avec ce projet il a réussi le pari de fédérer les gens des quatre coins de la planète, dans la misère, dans la révolte, dans la tristesse mais aussi dans la joie. En effet, le documentaire nous fait voyager dans de nombreux pays comme en Haïti après le tremblement de terre de 2011. On y découvre des jeunes qui tentent de se relever et pour qui « la photographie leur a redonné la vie ». Ensuite, direction la Tunisie post Ben Ali. Quatre semaines seulement après son départ, on suit un groupe de photographes qui a décidé de prendre plusieurs dizaines de Tunisiens en photos afin de remplacer par leur portrait l’image omniprésente de Ben Ali. Confronté à la colère de certains Tunisiens, le documentaire montre toutes les facettes de ce projet et notamment en Tunisie où la contestation a été importante. On passera également par le Dakota du Nord ainsi que des pays d’Asie et d’Amérique du Sud. Pour conclure, « Inside Out » est très clair et parfaitement monté par le réalisateur britannique qui nous passionne pendant plus d’une heure et livre un témoignage sur la puissance de l’image, le rôle et l’influence que l’art peut avoir dans les sociétés. Enfin, le documentaire n’est pas un film sur JR mais il présente parfaitement les impacts du projet Inside Out dans le monde. Une belle réussite à voir exclusivement dans les salles MK2.

« Inside Out », un film documentaire de Alastair Siddons avec JR, France – Angleterre, 70 minutes, au cinéma et exclusivement dans les salles MK2 le 13 novembre 2013.

Visuels © MK2 / JR

[Live report] Temples et Suede à La Cigale (festival des Inrocks)
[Chronique] « Psychic » de Darkside : la grande messe
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *