A l'affiche
[Critique] « En équilibre » Albert Dupontel et Cécile de France chez le réalisateur de « La Tourneuse de Pages »

[Critique] « En équilibre » Albert Dupontel et Cécile de France chez le réalisateur de « La Tourneuse de Pages »

18 avril 2015 | PAR Gilles Herail

Denis Dercourt, réalisateur de l’excellent « La Tourneuse de Pages » revient avec un film soigné, porté par de bons acteurs, mais manquant de passion. La tension affleure, de temps en temps, mais En équilibre souffre d’une intrigue trop ténue et d’enjeux qui n’arrivent pas à exister. Une déception.

[rating=2]

Synopsis officiel: Marc est cascadeur équestre. Un grave accident sur un tournage lui faire perdre tout espoir de remonter un jour à cheval. Florence est chargée par la compagnie d’assurances de s’occuper du dossier de cet homme brisé. Cette brève rencontre va bouleverser leurs équilibres…

La tourneuse de pages (avec Catherine Frot et Déborah François) fait partie des thrillers intimistes français les plus enthousiasmants de ces dernières années. Denis Dercourt avait réalisé un petit bijou de froideur, de violence contenue, suivant une vengeance millimétrée, sans une goutte de sang, à travers une mise à mort psychologique implacable. L’inévitable comparaison tourne alors clairement en défaveur de ce nouveau film qui échoue à installer la même émotion. La promotion avait vendu un avatar de L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux et la comparaison n’a en réalité pas lieu d’être. En équilibre ressemble plutôt au dernier film d’Alix Delaporte, Le dernier coup de marteau qui bénéficiait d’une même mise en scène de qualité, sans trouver l’ampleur espérée.

Albert Dupontel et Cécile de France sont comme toujours impeccables mais leur histoire d’amour et de renaissance de ces deux éclopés ne nous embarque pas. La réalisation retrouve par moments sa capacité à créer de la tension. Quand le cascadeur en fauteuil prend un malin plaisir à faire peur à la jeune femme, la forçant à monter à cheval malgré son appréhension. Quand l’assureuse le manipule pour lui faire signer un compromis très défavorable. Les instants de trouble fonctionnent mais En équilibre s’intéresse plus à la romance solaire qu’au thriller sentimental. Le spectateur a alors du mal à totalement s’impliquer dans une histoire aux enjeux trop ténus qui se déroule sans surprises. Du cinéma bien plus léché que la moyenne pour un résultat manquant pourtant singulièrement de souffle.

Gilles Hérail

En équilibre, un film français de Denis Dercourt avec Cécile de France et Albert Dupontel, durée 1H30, sortie le 15 avril 2015

Bande-annonce et visuels officiels
Au cœur de la révolution, les leçons histoire d’un jeu vidéo
[Tour de web] Misogynie
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *