A l'affiche
[Critique] du film documentaire « La sociale » Une histoire politique de la Sécu

[Critique] du film documentaire « La sociale » Une histoire politique de la Sécu

13 novembre 2016 | PAR Gilles Herail

Gilles Perret signe un documentaire historique militant, qui rappelle les étapes et les enjeux de la construction de la sécurité sociale. Pour mieux nous convaincre de la nécessité de se battre pour la conserver, dans ses aspects les plus universalistes. La sociale est un film politique qui ne fait pas dans la demi-mesure et ne s’en excuse pas (ce qui fait du bien!), dans la lignée de Merci Patron. Notre critique.

[rating=4]

Extrait du synopsis officiel : En racontant l’étonnante histoire de la Sécu, La Sociale rend justice à ses héros oubliés, mais aussi à une utopie toujours en marche, et dont bénéficient 66 millions de Français.

La Sécurité sociale (affectueusement surnommée Sécu) a fêté il y a peu ses 70 ans. Attaquée de toute part, elle résiste, tant bien que mal, et méritait bien un documentaire en honneur. Gilles Perret (Walter, retour en résistance et Les Jours heureux) poursuit son travail d’histoire politique et militante, en revenant sur la genèse d’un dispositif qui relève plus d’un projet de société que d’un simple système mutualiste. Une conquête sociale permise par un rapport de force favorable à la classe ouvrière au sortir de la seconde guerre mondiale, que De Gaulle a tolérée, car il n’avait pas vraiment le choix de s’y opposer. Une révolution entamée par l’ordonnance de 1945 (l’acte fondateur) et mise en œuvre grâce au travail de Titan réalisé  par le Ministre du Travail Ambroise Croizat et le Directeur général des assurances sociales Pierre Laroque. Accompagnés au local par la CGT qui a largement contribué à la création effective des caisses sur chaque territoire.

La sociale réhabilite la figure de Croizat, ancien ouvrier devenu député puis ministre communiste, oublié de l’Histoire au profit de Laroque à qui l’on attribue (un peu rapidement?) la paternité de la Sécu. Gilles Perret revendique l’aspect politique de l’histoire, souligne le rôle essentiel de la CGT et du PCF,  sélectionnant soigneusement ses témoignages d’historiens, sociologues, syndicalistes, médecins, tous clairement marqués à gauche. Le propos ne fait ni dans l’équilibre, ni dans la demi-mesure, sans pour autant trop se prendre au sérieux, se permettant des intermèdes moqueurs avec le MEDEF, la CFDT ou Rebsamen (dans la lignée de l’esprit rieur de Merci Patron). Le ton est orienté, parfois un peu de mauvaise foi, mais revigorant. Car l’objectif n’est bien entendu pas de livrer un éloge mortuaire d’un système en voie de déconstruction, mais de participer à une prise de conscience de son importance, aussi bien concrète que philosophique.

L’approche historique nous rappelle des éléments un peu oubliés sur les spécificités initiales du système français (parfois disparues). La place majoritaire des représentants des salariés dans les conseils d’administration des caisses jusqu’en 1967 où fut introduit le paritarisme avec le patronat. Le caractère politique de la gouvernance des caisses, au service d’un projet de société et pas seulement d’objectifs gestionnaires (un peu oublié aujourd’hui par les syndicats). La mutualisation des risques sur l’ensemble des branches (maladie, accidents du travail/maladies professionnelles, famille et retraite), etc. Le film ouvre son propos, dans sa deuxième partie, sur les remises en cause de cette vision de la protection sociale. Rappelant que les mots ont un sens et que la bataille sémantique n’est pas vaine. Parler de cotisations et non de charges, de sécurité sociale et pas seulement policière, d’une ambition universaliste plutôt que de calculs comptables.

Les débats de la campagne américaine sur l’Obamacare (offrant une couverture santé à ceux qui n’en bénéficiaient pas) et le marronnier médiatico-politique du trou de la sécu en France montrent que la démarche de Gilles Perret a plus que jamais un sens. Et son documentaire militant nous donne à la fois des éléments de réflexion et l’envie d’y croire! A voir.

Gilles Hérail

La sociale, un documentaire français de Gilles Perretdurée 1h24, sortie le 09/11/2016

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film
[Live Report] L’hommage à Steve Reich de la Philharmonie
A l’Arras Film Festival, les émouvantes histoires, peut-être vraies, de « Houston, we have a problem ! »
Gilles Herail

2 thoughts on “[Critique] du film documentaire « La sociale » Une histoire politique de la Sécu”

Commentaire(s)

  • Delanoë, Nelcya

    Urgent en cette saison, ce documentaire, merci donc doublement. Et triplement même, puisqu’il est tonique malgré la douleur, formidable.

    février 1, 2017 at 17 h 05 min
  • mourlon maryse

    Documentaire bien d’actualité , aussi coloré que la très belle affiche , je trouve que ce documentaire est porteur d’élan et de dynamisme vers un monde meilleur , et prône un système d’accès aux soins pour tous , ce qui représente la liberté d’exister et de vivre !

    février 16, 2017 at 1 h 12 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *