A l'affiche
[Critique] « Albert à l’ouest » : McFarlane parodie le western. Mêmes qualités et défauts que Ted.

[Critique] « Albert à l’ouest » : McFarlane parodie le western. Mêmes qualités et défauts que Ted.

02 juillet 2014 | PAR Gilles Herail

Parfois hilarant mais moyennement tenu sur la durée, A million ways to die in the West laisse la même impression de talent gâché que l’on avait en sortant de TED. On attend toujours la grande comédie jubilatoire du pourtant talentueux Seth McFarlane.

[rating=2]

Synopsis officiel: La couardise d’Albert au cours d’une fusillade donne à sa fiancée volage la bonne excuse pour le quitter et partir avec un autre. Une belle et mystérieuse inconnue arrive alors en ville et aide le pauvre Albert à enfin trouver du courage. Des sentiments s’immiscent entre ces deux nouveaux alliés, jusqu’au jour où le mari de la belle, un hors-la-loi célèbre, découvre le pot-aux-roses, et n’a plus qu’une idée en tête : se venger. Albert aura-t-il le courage nécessaire pour venir à bout du bandit ?

Le phénomène Ted a révélé au grand public Mr Mc Farlane, l’hilarant créateur et doubleur de la série American Dad. Ted était plein de promesses mais se révélait assez vite faiblard, hésitant à assumer la gaudriole pour chercher l’émotion en copiant la structure d’un conte romantique. Albert à l’ouest est la première incursion du bonhomme devant la caméra, en chair et en os. Et c’est bien évidemment un show continu de l’acteur/réalisateur qui nous est proposé. Son mélange unique de Desproges et d’Apatow, servi par un débit de paroles hallucinant et une vraie maîtrise de l’art du décalage, fait tout le temps mouche. Voir Charlize Theron s’immiscer avec humilité dans un univers parodique et graveleux qui lui va comme un gant n’est pas non plus pour nous déplaire. Le film réserve de nombreux moments d’une grande drôlerie, avec une bonne dose de vulgarité assez salvatrice, plus efficace que dans Ted.

Et pourtant, on reste réservé. Car le film est bien trop long, approchant les deux heures. Qu’il perd (beaucoup) de temps dans une sous-intrigue romantique sans intérêt et casse le rythme comique en cherchant à conter une histoire classique d’initiation. Mais surtout qu’il manque clairement un réalisateur aux manettes pour appuyer par l’image les multiples bonnes idées, gags et répliques potentiellement cultes. Albert à l’ouest mélange tous les types d’humour, du burlesque scato à la blague politique en passant par l’anachronique et le parodique. Mais n’est pas Hazanavicius qui veut. Rendre hommage à un genre cinématographique tout en le détournant, en étant à la fois hilarant et crédible n’est pas donné à tout le monde. Albert à l’ouest le rappelle. Pour ceux qui souhaitent découvrir le talent incroyable de Seth McFarlane, on vous conseille donc plutôt un bon vieil épisode d’American Dad.

Gilles Hérail

Albert à l’ouest (A million ways to die in the West), une comédie américaine de Seth McFarlane avec Charlize Theron, Amanda Seyfried et Liam Neeson, durée 1h57, sortie le 2 juillet 2014

Visuels et bande-annonce officiels du film.
Le festival Série Séries à Fontainebleau du 2 au 4 juillet
[Critique] « Chaînes Conjugales » de Joseph L. Mankiewicz à nouveau à l’écran le 9 juillet
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *