A l'affiche
[Berlinale] « Zero Days » d’Alex Gibney, la cyberguerre de Stuxnet à Nitro Zeus

[Berlinale] « Zero Days » d’Alex Gibney, la cyberguerre de Stuxnet à Nitro Zeus

18 février 2016 | PAR Elie Petit

Alex Gibney frappe fort avec ce documentaire sur le virus Stuxnet et plus largement sur la cyberguerre. Il est le premier à mettre à jour le projet américain Nitro Zeus, visant à se donner la possibilité de neutraliser simultanément par cyberattaque les infrastructures civiles et militaires iraniennes.

[rating=3]

Alex Gibney est un producteur et réalisateur reconnu notamment pour ses documentaires révélant ou approfondissant la connaissance du public sur certains des plus gros scandales américains récents (Enron, WikiLeaks ou encore les réseaux de l’Eglise de Scientologie). La Berlinale a choisi de permettre à son documentaire Zero Days de faire sa première mondiale en compétition.

Zero Days décortique, remonte la trace du virus informatique dit Stuxnet, découvert en 2010. Celui-ci, d’une sophistication jamais atteinte, s’est répandu dans le monde entier mais semblait, selon les experts en cybersécurité avoir une cible bien précise. Plusieurs questions se posaient alors : Qui est derrière Stuxnet ? Quel est la cible ? Comment fonctionne-t-il?

Pour les besoins de l’enquête, Gibney interviewe une large flopée d’experts. Le récit est bien ficelé, trop bien ficelé. Le teasing est exagéré, de la divulgation de l’identité des commanditaires, évidente, à la révélation du nom de code de l’opération. La reflexion autour des enjeux à venir de la cyberguerre est intéressante mais très américano-centrée.

Aussi, que peut-on dire de la place éthique de deux intervenants du film à la fois consultants de la production ? Quelles sont les vraies preuves de ce qu’avance Gibney hormis des propos d’agents couverts par le secret des sources ? Qu’en est-il des cyberattaques menées par la Russie, la Chine via des groupes affiliés ? Ni le documentaire, ni la conférence de presse qui a suivi sa projection à la Berlinale n’ont pas permis d’éclaircir ces points.

Un documentaire à voir pour décrypter StuxNet et comprendre les menaces de la nouvelle dimension que prend cette guerre qui pourrait bientôt être au plus près de nous, via l’avènement de l’Internet des objets.

Emmanuel Carrère, l’explorateur du réel
[Berlinale] « Des nouvelles de la planète Mars » : comédie lunaire
Elie Petit
https://www.instagram.com/elie_petit/

One thought on “[Berlinale] « Zero Days » d’Alex Gibney, la cyberguerre de Stuxnet à Nitro Zeus”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


    Soutenez Toute La Culture