Cinema
1912-2012 : un siècle de Titanic

1912-2012 : un siècle de Titanic

28 mars 2012 | PAR Francois Colombi

L’année 2012 célébrera les 100 ans du naufrage du Titanic. Parti le 12 avril 1912 de Southhampton avec pour destination New York, c’est dans la nuit du 14 au 15 que le navire réputé insubmersible coula au large de Terre Neuve. A l’ occasion de ce centenaire,  la télévision britannique et le musée des lettres et manuscrits de Paris reviendront sur cette catastrophe à travers une mini série et une exposition. Célébrant aussi l’évènement, le film de James Cameron sorti en 1997 (re)sortira dans une version 3D.

En France c’est la chaîne TMC et (non TF1) qui diffusera la mini série anglaise de quatre épisodes retraçant le naufrage. Avec un  budget conséquent de 11 millions de livres (13 millions d’euros), c’est le réalisateur Julian Fellowes connu pour la série au succès  mondial : Downtown Abbey, qui a été chargé du projet. Moquerie à peine cachée envers  le film de James Cameron, le réalisateur  avoue n’avoir pas voulu « se concentrer sur deux personnages, mais sur tout les passagers du bateau ». Jugeant plus intéressant de dépeindre les différentes classes sociales entre les passagers, au dépend d’une histoire d’amour, le premier épisode a été un succès en Angleterre. Avec plus de 7 millions de spectateurs et un casting majoritairement anglais, la série sera diffusée en France le 14 avril à 20h45.

Le musée des lettres et manuscrits de la ville de Paris rend un hommage (plus discret) au 1500 disparus du Titanic. Sous la forme d’une exposition, loin de la fresque anglaise réalisée à coups de millions de Livres, le musée expose une vingtaine de documents et manuscrits. Le plus important semble celui d’Helen Churchill Candee, qui a inspiré James Cameron pour le personnage de Rose. Agée de 53 ans au moment du sinistre, elle rejoignait son fils victime d’un accident d’avion. C’est dans  un carnet manuscrit de 36 pages qu’elle relata la traversée et le naufrage dont voici un extrait :  » nous dérivons ainsi, regardant, regardant d’un air hébété le grand navire brillant. Je ne suis consciente de rien d’autre que de son immensité, de sa beauté et de la diminution de la longueur des rangées de hublots éclairés ».

 

  Quinze ans après le succès qu’on lui connaît, Titanic de James Cameron ressort le 4 avril au cinéma dans une version 3D. Un mois  après la ressortie du premier Star Wars en 3D, la Fox se réjouit du nombre d’entrées de ce dernier et espère faire mieux si ce n’est aussi  bien. Elle a surtout usé d’une promotion massive dès le mois de février dans les cinémas à coup de bandes annonce et d’affiches. Le  coût de la conversion 3D est estimé à 18 millions de dollars, pour 300 personnes et 60 semaines de travail. Même si Dicaprio était absent de l’avant première qui se tenait à Londres le 27 mars, James Cameron a annoncé son désir de convertir d’autres de ses films en 3D comme Terminator ou Aliens- le retour.

 

Laurent Ruquier abandonnerait « On n’ demande qu’à en rire » ?
La famille Romanès et la culture tzigane de retour à Paris
Francois Colombi

One thought on “1912-2012 : un siècle de Titanic”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *