Salons

DDESSIN : l’édition anniversaire des 5 ans du cabinet de dessins

DDESSIN : l’édition anniversaire des 5 ans du cabinet de dessins

24 mars 2017 | PAR Laetitia Zicavo

C’est sous la verrière de l’Atelier Richelieu que la 5ème édition de DDESSIN Paris s’installe du 24 au 26 mars. En plein cœur de la capitale, près de 20 galeries françaises et étrangères se sont donné rendez-vous pour célébrer le dessin contemporain dans un cadre intimiste. Nous y étions.

Le cabinet de dessins contemporains DDESSIN propose cette année de nouvelles galeries dont Anna Reverdy (Paris) qui présente un solo show de Nelson Makamo, et la Maison de la Plage (Tunis, Tunisie) qui expose notamment les œuvres d’Othmane Taleb. Mais les visiteurs retrouveront des galeries d’années précédentes comme les Gallery Maison D’Art (Osaka, Japon) ou encore la Galerie K021 (Paris). Et puis, il y a le Corner Illustrateurs, qui est un espace réservé à 5 artistes tentant de lier images et textes grâce à leurs pièces créatives. Mais DDESSIN propose aussi un autre projet : la manifestation « Passerelles » qui fait dialoguer bande dessinée et plasticiens à travers le crayonné et le numérique.

Les coups de cœur

Le thème qui ressort cette année, c’est celui du dessin anatomique. Des inspirations que l’on retrouve notamment chez Anne-Laure Koubbi, exposée en solo show par Pijama Galerie. Ses travaux s’inspirent de la découpe au scalpel, découpe qu’elle utilise d’ailleurs sur ses propres dessins. L’artiste utilise uniquement du stylo bille et ajoute parfois un peu de pastel pour la couleur. Présente au salon, Anne-Laure Koubbi présente de belles pièces aux détails précis. Autre artiste inspiré par l’anatomie : Lucas Weinachter, présenté en solo show par la galerie (S)itor Curating Differently. Le travail de cet artiste français commence souvent de la même manière : il part d’un fil de couture et crée autour de ça une oeuvre sur un papier japonais léger et extrêmement vivant. Le support fait ainsi partie intégrante de son travail, mettant en valeur des figures en pointillés et le corps anatomique de personnages anonymes.

Autre coup de cœur de l’événement : les travaux de Marie Havel, la seule artiste française présentée par Courtesy H Gallery. Avec Jumanji, l’artiste propose un travail de grande taille, très net et centré sur un papier impeccable. Marie Havel a pour sujet ici le jeu de construction qu’elle saisit en pleine chute. Elle travaille ainsi la relation mouvement/arrêt grâce à un trait net et pur ainsi que la ruine qu’elle appréhende en lien avec des souvenirs d’enfance.

La galerie Gratadou-Intuiti réserve également de belles surprises. Il y a d’abord les travaux de Sascha Nordmeyer : si leur statut de dessin peut être débattu, l’artiste utilise des techniques numériques de découpe au laser qui rapprochent esthétiquement son oeuvre de l’art cinétique des années 1960. Il y a ensuite les travaux d’Orié Inoué qui s’inspire de la spiritualité shintoïste pour créer ses œuvres. L’artiste représente l’animal grâce au végétal, autrement dit des fourmis en graines de sésame peintes, des insectes en graines de soja germées. Autant de créativité qui donne un résultat rêveur : un bestiaire qui menace de s’échapper ! Le galeriste nous présente une oeuvre en perpétuel évolution : les fourmis/graines vont peu à peu sortir de leur cadre et envahir l’espace de l’Atelier Richelieu. Intriguant n’est-ce pas? Il faudra s’y rendre ce week-end pour assister à cette invasion progressive.

Visuels :

© Marie Havel, Jumanji 1, 2016, Graphite sur papier, 101 x 140 cm, Courtesy H Gallery.

© Anne-Laure Koubbi, Musca, 2016 Stylo bille Parker sur papier, 21 x 28 cm, Courtesy de l’artiste et ?JAMA Galerie.

© Anne-Laure Koubbi, Metamorphosis, 2016, Stylo bille Parker sur papier, 29,7 x 42 cm, Courtesy de l’artiste et ?JAMA Galerie.

© Lucas Weinachter, Cache toi #3, 2016, Crayons de couleur, acrylique, fils de coton sur papier japon, 48 x 43 cm, Courtesy (S)ITOR Curating differently.

© Lucas Weinachter, Bec #1, 2014, Crayons de couleur, mine de plomb, fils de coton sur papier japon, 100 x 70 cm, Courtesy (S)ITOR Curating differently.

© Orié Inoué, Amas #3, 2017, Fusain, aquarelle, végétaux et vernis sur papier, 15 x 22 cm, Courtesy Laurent Dumond. Œuvre présentée par la Galerie Gratadou-Intuiti.

© Sascha Nordmeyer, Espace-temps 8, 2016, Papier Canson Vivaldi 240g. Découpage numérique et activation manuelle. 32 x 48 cm, Courtesy Sascha Nordmeyer. Œuvre présentée par la Galerie Gratadou-Intuiti.

Ana Pi en globe trotteuse pour son tour du monde des danses urbaines
[Aubagne, Jour 5] « Grand froid » et « Le ciel flamand » contrastent en compétition, le label Chinese Man fait danser le Festival
Laetitia Zicavo

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *