Arts
Paul McCarthy à la Monnaie de Paris

Paul McCarthy à la Monnaie de Paris

14 août 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

Paul McCarthy s’installera à la Monnaie de Paris du 25 octobre 2014 au 4 janvier 2015 avec une installation époustouflante pour le plaisir de tous : Chocolate Factory ! Un décor unique et délirant d’un grand artiste américain. Mais qui était-ce ?

Paul McCarthy est né au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, à Salt Lake City aux Etats-Unis. Il réalise sa première sculpture en plâtre à 14 ans, Henry Moore bound to fail et à 19, il découvre le pop art et le travail de Robert Rauschenberg, qui travaille essentiellement avec des matériaux de récupération. Artiste dans l’âme, il s’installe en Californie avec la ferme intention de faire des films en étudiant le cinéma et la vidéo. En 1967, il tourne un film avec deux cameramen, un huis clos dans une maison, un homme, une femme, nus tous les deux, ne se connaissant pas. La caméra va et vient, de l’un à l’autre en panoramique.

Il peint la même année des séries de peintures inspirées de l’univers des courses automobiles, Dragster Cars Paintings. Il s’agissait d’entassements de moteurs, réservoirs, pilotes de plus de 2 mètres de haut…
Vient ensuite la série des Black Paintings, peintes à plat sur le sol, avec les mains, puis entassées et fixées les unes aux autres. Il les détruit peu après à la hache ou les brûle en les aspergeant d’essence.
McCarthy poursuit sa carrière dans l’art avec des performances basées sur la pesanteur. En 1974, ses œuvres deviennent plus agressives et sexuellement explicites. Il mélange des liquides forts, les excréments, la sueur, et le sang.

Professeur d’art de la performance en 1982, il peint à côté et porte son intérêt sur les éléments du quotidien, et le chaos qui en émane. Ses premières œuvres sont marquées par l’innovation dans le monde de la peinture, dépassant les limites, en usant de son corps comme un outil. Il inclut donc dans ses œuvres des fluides corporels ou même de la nourriture. Dans la vidéo Painting, Paul McCarthy peint avec son visage, l’utilisant tel un pinceau plongeant dans de la gouache. Son corps est enduit de peinture, ketchup, mayonnaise et excréments, démontrant l’immense culot d’un artiste sans limites, voguant sur tous les supports : vidéo, performance de l’installation, ou de la photographie. Le but étant de se tester soi-même, comme de tester l’autre.

Une installation grandiose du célèbre Paul McCarthy dans un lieu d’exception qui ouvre ses portes à son honneur, la Monnaie de Paris. Jamais ouvert au public, ce lieu était le coffre fort du Roi puis de la République durant des siècles. C’est la plus vieille institution française encore en activité, créée en 864, sous le règne de Charles II (Charles le Chauve).

Dès le 25 octobre prochain, vous aurez l’occasion de découvrir des trésors uniques, tout comme une installation aussi singulière que son concepteur, Paul McCarthy.

© visuel : capture d’écran Youtube

Finissages et expos de la semaine du 14 août
Le festival Hadra banni de Lans-en-Vercors
Alexander Mora-Mir

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture