Expos
Les mille merveilles des monnaies du monde

Les mille merveilles des monnaies du monde

14 mai 2022 | PAR Laetitia Larralde

La Monnaie de Paris rouvre ses espaces d’exposition temporaire avec Monnaies et merveilles, un fantastique cabinet de curiosités qui explore la question de la monnaie à travers le monde. Préparez-vous à être éblouis.

Aujourd’hui, l’argent est de plus en plus dématérialisé. La pandémie a poussé à augmenter les paiements sans contact, et certaines pièces rouges dorment au fond de nos porte-monnaie. Quel est donc l’avenir de nos pièces et nos billets ? Afin d’imaginer le futur, la Monnaie de Paris dresse un panorama des monnaies, des processus de création de la valeur, de la polysémie des usages et des pratiques, des circulations et des croyances. Au sein de ses salons historiques, le parcours proposé nous emmène de surprise en ravissement, allant de la matière à l’immatériel.

L’exposition Monnaies et merveilles nous entraîne dans un voyage à travers le monde, où toutes les cultures et pratiques sont présentées sur un même niveau. Si l’Océanie et l’Afrique sont mis en avant, l’Europe, le Moyen-Orient, l’Asie ou l’Amérique sont également présents sous des formes auxquelles on ne se serait pas attendu. Car la variété des objets présentés dépasse ce que l’on associe généralement à la monnaie, et certaines matières peuvent nous sembler sans valeur. Comment en arrive-t-on alors à un consensus qui attribue une valeur économique ou spirituelle à des plumes rouges, des coquillages, des tiges de métal ou des canines de chiens ?

On se rend compte que beaucoup de ces monnaies ont en commun la rareté de leur matière première, une virtuosité technique dans leur création ou leur durée importante de fabrication. La monnaie de mariage tevau des Iles Santa Cruz qui représente 700 heures de tissage de 60 000 toutes petites plumes de myzomèle cardinal sur plusieurs mètres de rouleau est le parfait exemple de combinaison de ces trois facteurs. Les monnaies africaines, fabriquées par les forgerons, personnalités redoutées car ayant la maîtrise du feu, reprennent des formes d’outils ou de parures, associant une valeur symbolique à l’habileté technique. La valeur de la monnaie est donc un équilibre entre la valeur intrinsèque attribuée à un matériau et la symbolique qu’il acquiert au cours de son processus de façonnage.

A la base du système de la monnaie se trouve le principe de l’échange. Et ces monnaies permettent de mesurer la quantité et l’ampleur de ces échanges, qui étaient bien plus importants qu’on pourrait le penser. En effet, on retrouve un bouton de chemise européenne dans un kapkap en coquillage et écaille de tortue de Papouasie-Nouvelle Guinée, ou des perles de verre de Venise sur le continent africain, ce qui montre que les contacts et les échanges entre les différentes parties du monde ne sont pas récents, et que les marchandises et les gens circulaient et s’appropriaient chacun à sa manière l’objet de l’échange.

Les parures telles que les bijoux et les textiles avaient à la fois une valeur de séduction esthétique, étaient le symbole de la richesse de son propriétaire et servaient de réserve monétaire. Mais la multitude de pièces décorant les voiles de visage des femmes bédouines ou le manteau d’enfant turkmène sont également des talismans de protection, liant l’homme au surnaturel. On se rend compte que la frontière entre le matériel et l’immatériel est souvent mouvante. Les « bouquet de serpents » du Nigeria servent aussi dans les rituels pour appeler la pluie, les monnaies talipun de Papouasie-Nouvelle-Guinée représentent un ancêtre et les billets pour l’éternité de Chine accompagnent le défunt dans son dernier voyage.

Outre l’aspect religieux, la monnaie est également associée à des superstitions populaires. Contre quelques sous, les automates de voyance en France pouvaient nous éclairer sur notre avenir, ou des billets accompagnés de petits objets venaient soutenir les vœux des boliviens. C’est donc naturellement que l’exposition, à la scénographie travaillée comme un grand cabinet de curiosités aux univers marqués, se termine dans la cour de l’Hôtel de la Monnaie avec une grande fontaine à vœux gonflable et dorée de Bina Baitel où l’on pourra jeter une piécette pour notre bonne fortune. A faire avant que les pièces ne disparaissent…

Monnaies et merveilles
Du 12 mai au 25 septembre 2022
La Monnaie de Paris

Visuels : 1-Monnaie de mariage ©Galerie Meyer – Oceanic & Eskimo Ar’t / 2- Monnaies & Merveilles, Quand la monnaie se fait parure © Monnaie de Paris – Guillaume Murat – Signatures / 3- Pectoral marrangga – Musée Barbier-Mueller ©Barbier Muller / 4- Ensemble de monnaies talipun – Collection Giro © Raphaëlle Krieger / 5- Voile de visage-musée du Quai Branly-Jacques Chirac© Claude Germain

Teresa Berganza : Une voix vers le paradis
Alexandre Kominek est un « Bâtard sensible » aux paroles crues au Théâtre BO Saint Martin
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture