Arts
Mona Lisa, dix ans plus jeune selon la Mona Lisa Foundation

Mona Lisa, dix ans plus jeune selon la Mona Lisa Foundation

02 octobre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La Mona Lisa Fondation a présenté la semaine dernière un tableau ressemblant trait pour trait à la célèbre Joconde. Il s’agit de la même femme dix ans plus tôt. L’évidence est troublante mais la thèse n’est pas avérée.

Au premier regard, on se casse les dents, au second, on doute face à ce portrait réalisé sur toile et non sur bois comme La Joconde. Le jeu des sept erreurs continue. Le paysage semble bien terne dans cette version dite antérieure et la marque de fabrique de De Vinci, le sfumato qui crée cette brume célèbre sur l’image.

L’autre Joconde a été conservée pendant prés d’un demi-siècle en Suisse, elle a été présentée à la presse jeudi dernier. Les spécialistes s’opposent. Si le professeur Alessandro Vezzosi, directeur du musée  Museo idéale de Leonard de Vinci pense que le tableau est véritable, en revanche, Mauro Natale, professeur honoraire à l’Université de Genève doute.  Dans une interview donnée à La Tribune de Genève il affirme : «Il y a régulièrement des retrouvailles d’oeuvres et Leonard de Vinci en fait partie. Mais pour moi, même si je n’ai pas vu l’original, il s’agit clairement d’une copie réalisée à la fin du XVIe voir au XVIIe siècle. Cette peinture a été réalisée sur une toile, alors que Léonard de Vinci n’a jamais peint sur ce support. De plus, au niveau stylistique, je dirais que ce tableau est bien postérieur à l’époque de Vinci. La trame est grossière, il ne s’agit pas du tout de celle très fine de l’époque de Léonard de Vinci. Je crois qu’il s’agit d’une fantaisie, même si un gros travail de recherche a été réalisé.»

Cette autre Joconde était déjà connue mais n’a jamais suscité un tel engouement. Le site Le site de la Mona Lisa Foundation est d’ores et déjà ouvert. On y trouve des comparatifs bluffants mais peu convaincants .Si la ressemblance est là, rien ne peut dire qu’il s’agit réellement de l’adolescence de Mona Lisa.

Visuel (c) Capture d’écran Mona Lisa Foundation

 

 

Une faille à Montreuil : Mathieu Bauer sert un feuilleton sur le plateau
Faut-il vraiment désespérer de l’espèce humaine ? Le chant du cygne du Théâtre Paris Villette
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture