Arts

Les vernissages de la semaine du 7 janvier

Les vernissages de la semaine du 7 janvier

09 janvier 2013 | PAR Justine Braive

Et oui, la fin du monde n’a pas eu lieu… Les galeries parisiennes affichent un regain d’énergie pour ce début d’année. Les grandes galeries vernissent mais la place est aussi laissée aux jeunes créations.

La Galerie Suzanne Tarasieve Paris/Loft 19 (Passage de l’Atlas / 5, Villa Marcel Lods, 75019 Paris) expose du 10 janvier au 09 février Chloé Tallot et ses oeuvres autour de la couleur « rouge ». « Chloé Tallot a proposé à Jérôme Clément, écrivain et père fondateur d’Arte, une série de 33 mots issus de ses livres auxquels, au cours d’une conversation, il devait attribuer une couleur. C’est le rouge qui revint le plus souvent. Le rouge c’est la couleur de la révolte, de l’honneur, de la blessure et quand ce rouge se teinte de carmin, du rire.
Une partie de l’exposition baigne dans cette couleur dominante, tandis que les deux autres couleurs, le vert et le bleu, se mélangent subtilement dans les espaces avoisinants ».Vernissage le 10 janvier.

 

La Galerie Jocelyn Wolf (78, rue Julien Lacroix, 75020 Paris) est heureuse d’accueillir l’exposition intitulée « Noturno » de  l’artiste Ulrich Polster du 11 janvier au 23 février. Le réservoir d’images de Ulrich Polster va du gris des villes de l’Allemagne de l’Est de l’après-guerre aux expérimentations de films Super-8 à l’image vacillante et à la pellicule à gros grain, dans l’underground de la RDA et de références au Cuirassé Potemkine de Eisenstein à Film Socialisme de Godard. Il s’enrichit des images intérieures que Ulrich Polster a accumulées au cours de ses longs voyages entre la Saxe, Vienne, Tchernovitz et la Crimée. Des clichés poétiques à ne pas manquer! Vernissage le 10 janvier

 

L’artiste Vidya Gastaldon sera vernie le 12 janvier prochain et exposée jusqu’au 16 février à la Galerie Art : Concept (13 rue des Arquebusiers, 75003 Paris). Il s’agit pour l’artiste de sa troisième exposition personnelle à la Galerie Art : Concept.  On pensait qu’on avait échappé à la fin du monde… Pourtant, Vidya Gastaldon reste inspirée et amusée par les idées d’anéantissement planétaire frôlant parfois la catastrophe intellectuelle et la panique collective. Dans cette nouvelle exposition, elle s’est projetée sur ce que pourrait être ce nouveau monde en proposant une nouvelle série de peintures et installations. Les peintures étranges, mouvantes mêlent cette idée de destruction nécessaire à l’avènement d’un monde renaissant et interrogent quant à la forme qu’il prendra, nouvel Eden ou nouvel Enfer.

 

La Galerie Anne Barrault (22, rue Saint-Claude, 75003 Paris) réunit entre le 12 janvier et le 23 février plusieurs artistes tels que Scott Batty, Captain Cavern, Olivia Clavel, Gebe, Killofer, Jean-Christophe Menu et Roland Topor autour de l’exposition « Citadelles en suspens » proposée par l’écrivain et vidéaste Pacôme Thiellement. L’écrivain a souhaité exposer tous ces imagiers pour se tourner vers un monde de «citadelles en suspens» — car «depuis ces citadelles, nous dirigeons notre regard vers l’autre monde ; et, depuis l’autre monde, un regard se dirige vers nous.» Vernissage le 12 janvier.

 

Quatrième exposition personnelle de l’artiste Guillaume Janot à la Galerie Alain Gutharc (7, rue Saint-Claude, 75003 Paris) du 12 janvier au 16 février. L’exposition associe deux séries d’images : « Buildings », série de photographies réalisées depuis 2007 et « Concrete », série de photographies réalisées en 2011.  Cette exposition prolonge et complète les précédentes : “Just like heaven” à la Galerie Voies Off à Arles et au centre photographique de Lectoure, en 2011 et 2012. La première série est un inventaire de différentes photographies d’immeubles d’habitation construits à partir des années soixante dans la ville de Pékin. Ce sont des immeubles conçus sur le modèle soviétique, pour la plupart, voués à leur destruction pour la reconstruction d’ensembles plus fonctionnels. La deuxième série comporte également des photographies. Mais cette fois-ci, il s’agit d’arbres en béton réalisés dans un parc à Pékin. Soulignons que le titre de cette deuxième série signifie « béton » en anglais. Par ces deux séries de photos, l’artiste souhaiterait traiter du « paradoxe fondamental de la représentation du réel par la photographie »  et répondre à la question suivante « où situer le vrai et le faux dans une société non plus du spectacle mais de la représentation permanente? » Vernissage le 12 janvier.

 

La Galerie Hussenot ( 5 bis, rue des Haudriettes, 75003 Paris) est heureuse d’annoncer la seconde exposition solo d’Agathe Snow, artiste basée à New York. L’artiste présente des reliefs muraux qui traitent à la fois de la perspective et de l’espace. Son travail  s’articule autour d’événements hypothétiques et de scénarios probables. Elle joue sur les perspectives en déformant la réalité. Elle passe ainsi de la 3D à la 2D pour offrir ainsi des « réalités incomplètes ». L’artiste cherche ainsi à modifier la perception de la dimensionnalité. L’artiste joue sur le relief, modifie certains angles pour n’offrir qu’une vision partielle d’un ensemble. Le travail crée ne présente ainsi qu’un seul point de vue. Une exposition, tout en relief,  qui se vernit le 12 janvier et qui se termine le 28 février.

Jean-Claude Ruggirello, artiste né à Tunis et vivant à Paris, présentera son travail personnel  à la Galerie Claudine Papillon (13, rue Chapon, 75003 Paris) entre le 12 janvier et le 12 mars 2013. Les principaux outils de l’artiste sont la vidéo, les installations sonores et le cinéma expérimental, parties intégrantes de son univers artistique. Jean-Claude Ruggirello conçoit ses œuvres comme un sculpteur. Vernissage le 12 janvier.


Une rentrée chargée et riche pour la Gallerie Emmanuel Perrotin (10, impasse Saint Claude, 75003 Paris). Elle accueille les travaux de trois artistes majeurs, Pieter Vermeersch, Jean-Michel Othoniel, et Johan  Creten du 12 janvier au 23 février prochain.  Venez donc le 12 janvier, jour où seront vernis ces trois artistes.

La Galerie présente les oeuvres de l’artiste Pieter Vermeersch une nouvelle fois. L’artiste y expose des  peintures grand format, des photos accrochées à des feuilles blanches (les feuilles blanches servent de cadres aux photos). Il présente également des photographies de ciel, prises le plus souvent le soir et sans nuage et imprimées en négatif. L’artiste joue ainsi sur les couleurs de ces photos imprimées en négatif.

 

Jean-Michel Othoniel présente quatre nouvelles sculptures monumentales et des aquarelles préparatoires qui empruntent aussi bien à Brancusi qu’aux formes et couleurs du Maniérisme ou du Baroque italiens, développant « la question du corps disparu. Il s’agit de créer des volumes d’absence, des constructions à dimensions variables où des corps pourraient se lover…

Le dernier artiste, Johan Creten n’utilise pas les mêmes matériaux que les deux artistes précédents.  Il se sert du  grès émaillé qu’il avait déjà employé pour l’exposition « Contrepoint 2 » au Louvre en 2004. Le titre de l’exposition« The Vivisector » renvoie au livre de Patrick White (1970) qui explore les thèmes universels de la souffrance du créateur, de la quête de vérité et du sens de l’existence. Ce livre aurait hanté l’enfance de Creten et aurait ainsi  déterminé son désir d’être artiste. Creten privilégie la technique de  la terre-cuite afin de redécouvrir la force de la terre en dépit de « l’apparente fragilité de la céramique ».

 

Retour à la photographie avec l’exposition du jeune photographe Louis Heilbronn. Il s’agit pour l’artiste de sa première exposition. Alors, si vous vous voulez encourager la jeunesse et promouvoir le talent de ce jeune artiste (et du talent, il en a), courez-y! Vous avez un peu plus d’un mois, entre le 12 janvier et le 23 février pour contempler à la Galerie Polaris des oeuvres lumineuses, jouant sur les contrastes entre simplicité  du sujet ou objet photographié et la lumière qui les entoure. Vous ne verrez plus de la même manière une tache sur un capot de voiture, une goutte de sang sur le gilet d’un adolescent, le reflet d’un rayon de soleil sur le bord d’un tableau! Vernissage le 12 janvier.

Amélie Bertrand, jeune artiste diplômée des Beaux Arts de Marseille, expose à la Galerie Semiose (54, rue Chapon, 75003 Paris), du 12 janvier au 16 février. Les tableaux d’Amélie Bertrand sont de véritables constructions, à la fois de formes et de couleurs mais néanmoins privées d’un contexte spatial et temporel. L’artiste tente d’établir ici les bases d’un lexique neutre, non référentiel. Il n’est pas évident de comprendre ses peintures tant tous les éléments qui composent le tableau ne semblent pas avoir de contexte. Vous serez certainement déroutés…mais certains spectateurs parviennent tout de même à déceler la présence d’une rampe de skate, les murs crénelés d’un château peut-être, un drapeau hissé encore. Vernissage le 12 avril.

 

La galerie Anne de Villepoix (43, rue de Montmorency, 75003 Paris) est heureuse de vous présenter du 12 janvier au 28 février 2013 l’exposition du peintre allemand Sven Kroner ( né en 1973) qui réside aujourd’hui à Dusseldorf. Les toiles mélancoliques de prairies, de neige, de ciel drapé de nuages de jour ou de ciel de nuit sans étoiles nous invitent à rendre hommage à la nature. L’artiste entraine habilement le spectateur dans sa propre conception du monde par sa peinture, en sublimant la nature. Vernissage le 12 janvier.

 

D’autres photos, mais dans un tout autre registre, sont exposées à la Galerie Xippas (108, rue Vieille du Temple 75003 Paris) du 12 janvier au 23 février. Cette fois-ci, ce n’est pas la nature qui fait l’objet de toutes les attentions du photographe, mais il s’agit ici de la ville. La photographe Valérie Jouve, à travers ses différentes photographies, tente de nous peindre « la ville machine ». La ville est une machine en marche, qui ne cesse de produire, que ce soient des lieux, des gens qui ne vont pas dans le même sens; des corps singuliers, des postures, des consciences. Vernissage le 12 janvier.

 

Visuels : (c) Galeries

Chloé Tallot, Ciels rouges, 2012 Photographie numérique, tirage sur papier baryta
© Chloé Tallot

Ulrich Polster, « Notturno », 2011-2012

Rainbow gathering, 2012 Huile sur toile 80 x 80 cm Oil on canvas 31 1/2 x 31 1/2 in

Gébé « les dangers de ne pas partir en week-end en voiture »

Guillaume Janot

Agathe snow

Jean Claude Ruggirello

Untitled (50°54’37’ N, 4°24’26’ E) 3″, 2012 Oil on canvas / Huile sur toile, 230 x 170 cm / 7.6 feet x 67 inches Courtesy Galerie Perrotin, Hong Kong & Paris

« Precious Stonewall », 2012 Verre, métal, bois / Glass, metal, wood, 91 x 77 x 22 cm / 35 3/4 x 30 1/4 x 8 3/4 inches. Photo: Guillaume Ziccarelli © Adagp, Paris 2012 Courtesy Galerie Perrotin Galerie Perrotin, Hong Kong & Paris

Louis Heilbronn, « Cabin in the Woods », 2011, c-print, 94 x 119 cm © Galerie Polaris

Amélie Bertrand, Sans titre, 2012 Huile sur toile, 70 x 60 cm

John Cornu, « Macula », 2009

Valérie Jouve « Composition #2 » 2008 – 2009 Polyptique de 4 images Impression jet d’encre sur papier toilé et C-prints Dimensions de l?ensemble : 223 x 402 cm

 

Atoms for Peace, nouveau morceau en écoute
Episode 8 de la Web Serie de Steve Catieau « Le prolongement de moi »
Justine Braive

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *