Arts

Le Prix Lambert, nouveau prix récompensant les thèses d’histoire de l’art made in France

Le Prix Lambert, nouveau prix récompensant les thèses d’histoire de l’art made in France

22 janvier 2019 | PAR Emilie Zana

Chaque année, des thèses d’histoire de l’art d’universités françaises s’amoncellent. Véritables mines d’or, ces thèses peuvent tomber dans l’oubli surtout lorsqu’elles ne sont pas publiées. Soutenir la recherche en France, c’est l’objectif du prix Lambert, nouveau prix scientifique, qui aidera chaque année un docteur de l’université française à la publication de sa thèse.

Créé par la Fondation de la Sauvegarde de l’Art Français – qui contribue à la restauration d’oeuvres et de monuments – et financé par Thomas Lambert, ancien élève de l’École normale supérieure et membre du conseil d’administration de la Fondation, « ce prix scientifique vise à promouvoir les jeunes docteurs de l’université et à faciliter la diffusion des thèses à travers des publications de haute qualité éditoriale. » peut-on lire sur le site de la Fondation.

Toutefois les critères pour concourir à ce prix sont limités, les thèses doivent en effet concerner l’histoire de l’art français d’une période limitée : « architecture, arts et patrimoine relevant du domaine français, du Haut Moyen Age à la première moitié du XXe siècle » (avant 1960), les publications scientifiques devant être de plus soutenues dans une université française. 

On peut de plus lire dans le dossier de présentation du prix que « les travaux en archéologie et en histoire de l’art antiques, en musicologie, en histoire de la photographie, du cinéma, de la vidéo, de l’opéra et de la danse sont a priori exclus.« . Un prix excluant malheureusement beaucoup de sujets de recherche importants en histoire de l’art, peut-être motivé par le marché de l’art français. 

Ce prix récompensera chaque année un jeune docteur par une dotation de 10 000 € : une moitié étant destinée au lauréat, l’autre moitié servira à la publication du livre qui sera « de haute qualité éditoriale ». 

Le jury, présidé par Alain Mérot, est « un comité scientifique composé d’enseignants-chercheurs et de conservateurs des bibliothèques ou du patrimoine« , qui seront « choisis pour leur compétences scientifiques et pour leur engagement professionnel dans l’un des domaines concernés par le prix« . Des spécialistes de l’art français donc, qui examineront les candidatures et éliront le lauréat en assemblée. 

Le prix sera décerné en juin 2019.

Il faudra envoyer son dossier (en vérifiant les nombreuses conditions d’éligibilité) avant le 15 mars à l’adresse [email protected]

Visuel : logo de la fondation

Découvrez les nominés des Oscars 2019
Géraldyne Prévot Gigant : « L’âme sœur n’est pas en référence avec des critères »
Emilie Zana

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *