Arts

La « papesse de l’art abstrait » Denise René est décédée

La « papesse de l’art abstrait » Denise René est décédée

10 juillet 2012 | PAR Ariane Kupferman Sutthavong

A l’âge honorable de quatre-vingt-dix-neuf ans, la galeriste Denise René, connue pour son engagement auprès d’artistes avant-gardistes, s’est éteinte hier à Paris. Toute sa vie, elle aura défendu l’art contemporain, en particulier cinétique et géométrique.

Sa rencontre avec Vasarely au Café de Flore aura été décisive : c’est à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale que Denise René, alors jeune modiste, transforme la boutique familiale en galerie d’art. Intuitive et de bon goût, elle révèle l’artiste au public et avec lui, toute une génération en mouvance.

Dès la Libération, elle fait connaître Dewasne, Hartung ou encore les Danois Jacobsen et Mortensen. Même lorsque la galerie est en déficit dans les années cinquante, Denise René garde le cap et la ligne artistique qu’elle s’est imposée. Mais son statut change : elle ne sera non plus seulement marchande d’art mais militante. Elle signe des contrats avec les artistes et son espace d’exposition devient alors une « écurie » pour ces derniers qui perçoivent des mensualités.

Bientôt, elle ouvre une nouvelle galerie boulevard Saint-Germain, une troisième en Allemagne ainsi qu’un espace à New York (qui fermera au bout de dix ans). On se souviendra de Denise René comme du catalyseur qui aura lancé Mondrian et exposé Sonia Delaunay, Kandinsky, Ernst ou encore Arp.

Les Mains Armées d’un père et de sa fille selon Pierre Jolivet
Les concerts parisiens de cet été !
Ariane Kupferman Sutthavong

2 thoughts on “La « papesse de l’art abstrait » Denise René est décédée”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *