Arts

La mort du photographe humaniste Willy Ronis à 99 ans

14 septembre 2009 | PAR Audrey Saoli

Le photographe qui a inventé, avec Cartier Besson et Doisnau , la photographie humaniste s’est éteint samedi à Paris.

les-amoureux-de-bastille

Ronis s’est fait connaitre avec ses clichés  d’après guerre. Il photographie les changements d’une France après le traumatisme de la seconde guerre mondiale. Il devient célèbre en illustrant notamment Paris à la montée du front populaire. En 1938,  il immortalise les grèves dans les usines Citroën et beaucoup d’autres mouvements sociaux; il rejoint à ce moment-là l’association des écrivains et artistes Révolutionnaires, et se rapproche du parti communiste.

front-populaire

Avec Doisnau, Ronis pose les bases de la photographie humaniste. Des clichés de personnes prises sur le vif immortalisant des instant de beauté quotidienne.

Il est considéré comme « le photographe de Paris » et a reçu la grande récompense des arts et des lettres.

willy-ronis

L’armée du crime, des héros (presque) ordinaires
Mintzkov, révélation power pop de la rentrée
Audrey Saoli

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *