Galerie

Les dix vernissages de la semaine du 24 avril 2013

Les dix vernissages de la semaine du 24 avril 2013

24 avril 2013 | PAR Camille Hispard

 

 

De la violence tranchante et très artistique de Ju Ran aux ruines déglinguées de l' »Ange de l’histoire »,Toute La Culture vous offre le bouquet printanier des vernissages de la semaine. A vous de piocher !

Claudia Vialaret investit la Galerie Imagineo à partir du jeudi 25 avril pour y exposer ses oeuvres inspirées du clair-obscur de Caravage. A travers des réalisations de froissement physique et numérique, l’artiste tend à mettre en abîme une relation entre photographie et peinture. Du 25 avril au 8 juin à la Galerie Imagineo, 50 rue de Montreuil, 75 011-Paris, M° Faidherbe-Chaligny. Du mardi au samedi de 11h à 19h. Vernissage le 25 avril à partir de 18h.

Un peu de violence artistique détournée maintenant avec l’exposition Ju Ran à la A2Z art Gallery, du 25 avril au 23 mai. La démarche artistique de JU Ran est basée sur le détournement des esthétiques de la violences. Les modèles de ses sculptures sont des objets de consommation qu’il reflète dans des miroirs déformants. Il leur fait ainsi perdre les formes nécessaire à leur fonction pour n’en garder que l’esthétique, dont la violence orpheline de son objet apparaît comme absurde. À travers leur esthétique c’est une critique plus profonde que celle des objets eux même que fait JU Ran, c’est celle de la représentation de la vitesse et de la force qui trahit un penchant de notre civilisation pour la violence et la peur.  A2Z art Gallery, 28 bis, rue Barbès, 94200 Ivry-sur-Seine, M° porte d’Ivry. Vernissage le 25 avril.

La Galerie Jean Fournier présente trois ensemble d’œuvres du très atypique peintre Jean-François  Maurige à travers des tableaux, des peintures sur papiers et des céramiques.  Maurige réalise ses tableaux selon certaines contraintes et règles bien distinctes utilisant par exemple une toile de confection rouge au lieu de la toile de lin traditionnelle. De son trait précis et mouvementé, Jean-François Maurige vous présentera son travail à travers l’exposition « Pourquoi le rouge ? », du 25 avril au 15 juin à la Galerie Jean Fournier, 22 rue du Bac, 75 007-Paris. M° Rue du Bac. Vernissage le 25 avril.


On a pas intérêt à échapper à ce que l’on est, 
voici le titre de l’exposition événement de Jean-Pierre Raynaud à la Galerie Laurent Strouk. Échapper à ce qu’on est serait pour cet artiste multi-talents les signes et les représentations de nous à travers la société, comme les objets drapeaux qu’il a exposé. On a pas intérêt à ce que l’on est, à la Galerie Laurent Strouk, du 25 avril au 25 mai 2013, 2 avenue Matignon – 75008 Paris, ouvert de 10h30 à 19h du lundi au samedi, M° Franklin D. Roosevelt. Vernissage le 25 avril à partir de 18h en présence de l’artiste.

L’artiste conceptuel chilien Iván Navarro revient à Paris avec un nouveau projet et présente un ensemble inédit de sculptures en trompe-l’oeil à la Galerie Templon, du 25 avril au 1er juin. Iván Navarro utilise la lumière comme matériau de base, détournant des objets en sculptures électriques et transformant l’espace par des jeux d’optique. Galerie Daniel Templon, 30 rue Beaubourg, 75003-Paris, M° Rambuteau. Vernissage le 25 avril.

Entrons maintenant dans l’univers lumineux des sculptures de Valentin Ruhry avec son exposition Valentin Ruhry Show à la Galerie Vanessa Quang. A la frontière entre sculpture et recherche scientifique, Valentin Ruhry explore les propriétés formelles des objets qu’il crée. Des objets visionnaires autrefois et aujourd’hui archaïques, à l’instar des œuvres U.F.O. et L.R.V. (Lunar Roving Vehicle). La lumière est une composante importante de son travail. Lumière qui, par son volume et sa modulation, devient objet sculptural. De même, l’artiste s’intéresse aux qualités physiques mesurables telles que tension, force et friction. Du 25 avril au 18 mai, 58 rue de Beauce, 75003-Paris. Vernissage le jeudi 25 avril de 18h à 21h. 

Il s’agit d’un réel événement puisque c’est l’ouverture d’une nouvelle programmation au Palais des Beaux-Arts à travers l’exposition « L’Ange de l’Histoire » qui se déroulera du 25 avril au 7 juillet 2013 . L’exposition explorera de manière transhistorique le thème des ruines et du débris dans l’art. Elle prend appui sur un texte célèbre de Walter Benjamin, s’inspirant d’une aquarelle de Paul Klee afin de tracer le portrait de l’Ange de l’Histoire comme « poussé vers l’avenir auquel il tourne le dos », et assimiler le processus historique à un champ de ruines. 14, rue Bonaparte, 75006-Paris, M° Pont-Neuf. Vernissage le 25 avril.

L’artiste plasticien Stéphane Calais revient à la Galerie de Multiples pour exposer ses dessins jetés et singuliers. Galerie de Multiples, 17, rue Saint-Gilles 75003 Paris, M° Chemin Vert. Du mardi au samedi de 14h à 19h. Vernissage le 26 avril.

La Galerie Jean-François Cazeau présente une exposition dédiée à Afro Basaldella sous le nom « Afro ». On découvrira ainsi ses peintures, qui font la part belle à l’abstraction, réalisées entre 1947 et 1975. Galerie Jean-François Cazeau, 8 rue sainte Anastase, 73003, Paris. Vernissage le le 25 avril à partir de 17 heures.

L’artiste contemporain David Miguel présentera une série d’œuvres profonde et mystérieuse à travers l’exposition Outside is dangerous, stay home! à la NextLevel Galerie du 27 avril au 22 juin. 8, rue Charlot, 75003-Paris, M° Rambuteau, du mardi au samedi de 11h à 19h. Vernissage le 27 avril.

La Galerie Yvon Lambert présente une exposition consacrée à l’artiste américaine Joan Jonas considérée comme l’une des pionnière de la performance et de la vidéo et dont l’influence, toujours présente depuis plus de 40 ans, continue à marquer la création actuelle. A cette occasion, Joan Jonas présentera une série d’oeuvres (vidéos, sculpture, installations) issue de l’installation du même nom Reanimation (In a Meadow)  qui a été montrée à la Documenta 13 de Cassel du 9 juin au 16 septembre 2012. Joan Jonas à la Galerie Yvon Lambert, 108, rue Vieille du Temple, 75003 Paris, M° Temple. Du 27 avril au 31 mai, vernissage le 27 avril.

66ème festival de Cannes : le jury au complet
Festival de Dinard : la mode à travers Kenji Utsumi
Camille Hispard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *