Galerie

Julien Calot à la galerie Claire Corcia à Paris : des océans de visages à l’heure de pointe

Julien Calot à la galerie Claire Corcia à Paris : des océans de visages à l’heure de pointe

18 novembre 2015 | PAR Christophe Dard

Julien Calot, jeune peintre de 32 ans, présente pendant quelques jours encore une série d’œuvres inédites à la galerie Claire Corcia à Paris. Ses toiles, vibrantes et dynamiques, montrent un monde dopé à la frénésie, à l’espoir et au bonheur mais conscient néanmoins de ses limites et de ses peurs comme une résonance aux tragédies de ces derniers jours.

 

Une journée d'été sur les rochers, 42x60 cm
Une journée d’été sur les rochers, 42×60 cm

 

Julien Calot assimile l’art à une plongée dans les bas-fonds de notre Terre faite d’humains, de joie, de douceur mais aussi de villes où l’on croise le bruit et les ferments du chaos.
De cette exploration en apnée, comparable au nageur qui détend son corps au milieu des poissons et des coraux, l’artiste remonte à la surface et dresse sur la toile ce monde que l’on croit connaître mais qui reste finalement un mystère inexploité. C’est pour cela que Julien Calot, par ailleurs grand amateur de surf et musicien, a baptisé sa nouvelle exposition Apnea. Elle est proposée jusqu’au 21 novembre à la galerie Claire Corcia à Paris.

 

LA Kids, 114 x 146 cm
LA Kids, 114 x 146 cm

 

Ses grandes oeuvres très colorées et vigoureuses sont jonchées d’êtres de toutes origines et de toutes conditions, d’animaux et d’objets qui esquissent des mouvements tels les adeptes de la brasse ou de la nage indienne. Mais dans cette multitude, certains personnages semblent ne plus avoir pied et coulent vers l’injustice, la guerre et les catastrophes dramatiques.

 

Le Phoenix, 162 x 130 cm
Le Phoenix, 162 x 130 cm

 

Nourri de nombreuses influences, du street art à Picasso en passant par l’art naïf, Léger et l’art tribal, Julien Calot est à l’image de sa génération : intrépide, amateur de sensations fortes, curieux de toutes les cultures et optimiste, il sait que cette Terre, qui va toujours plus vite et court de métropoles en mégalopoles, est déjà en train de voir l’enfer s’ouvrir sous ses nuées de pas et nous entraîne avec elle dans sa chute.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
« Apnéa » Julien Calot
Jusqu’au 21 novembre 2015
Galerie Claire Corcia
323, rue Saint-Martin 75003 Paris
Du lundi au samedi de 11h30 à 19h
Tel : 09 52 06 65 88
www.galeriecorcia.com

« Sur les épaules de Darwin. Volume 2, Je t’offrirai des spectacles admirables » de Jean-Claude Ameisen : un voyage à travers l’espace et le temps
« Zaïdé, mon grand père et moi » , la mémoire qui construit
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture. Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *