Galerie

Beverly Semmes à la galerie Lefebvre et Fils à Paris: quand la céramique rencontre la photographie

Beverly Semmes à la galerie Lefebvre et Fils à Paris: quand la céramique rencontre la photographie

11 novembre 2015 | PAR Christophe Dard

L’artiste américaine Beverly Semmes est exposée jusqu’au 19 décembre 2015 à la galerie Lefebvre et Fils. Certaines des œuvres sont inédites et présentées pour la première fois en France.

 

Stacked Pot #4, 2015 Céramique et époxy 122 x 40,6 x 40,6 cm (48 x 16 x 16 in.)
Stacked Pot #4, 2015
Céramique et époxy
122 x 40,6 x 40,6 cm
(48 x 16 x 16 in.)

 

Dans le cœur des amateurs de céramique, sa place est dans les premiers rangs. Beverly Semmes, absente de la scène artistique parisienne depuis 20 ans, revient dans la capitale et prend ses quartiers à la galerie Lefebvre et Fils.
Dés l’entrée de cet espace où bon goût et bonne humeur sont sur la même longueur d’onde, vos yeux resteront sans voix face à une robe imposante. Elle s’étend jusqu’à vos pieds, prolongation d’une grâce sur laquelle est déposée une sculpture telle une couronne sur un royaume.
Au-delà de sa majesté incontestable, cette pièce exceptionnelle résume toute la démarche de Semmes, associer la céramique au textile, surprendre le spectateur par des œuvres de grandes dimensions ou plus minimalistes dans lesquelles la provocation se baigne dans un océan d’élégance.

 

Stacked Pot #1, 2015 Céramique et époxy 134,6 x 43,1 x 40,6 cm (53 x 17 x 16 in.)
Stacked Pot #1, 2015
Céramique et époxy
134,6 x 43,1 x 40,6 cm
(53 x 17 x 16 in.)

 

Beverly Semmes commence sa carrière à la fin des années 80 par la sculpture, fruit de ses conversations fructueuses avec les méandres de l’argile. Dans l’exposition de la galerie Lefebvre et Fils, certaines céramiques proposées, comparables à des pièces montées, montrent toute l’exubérance de l’artiste. Cette originalité, propre aux créations de Beverly Semmes, dialogue depuis plusieurs années avec d’autres supports, le textile, le dessin, la peinture, le verre et la vidéo. Semmes voit son travail en plusieurs dimensions semblables aux dadaïstes et aux surréalistes qui furent, au siècle dernier, les intrépides réceptionnistes de diverses expressions artistiques.

 

Handle, 2015 Encre sur page de magazine 19,7 x 17,8 cm (7 3/4 x 7 in.)
Handle, 2015
Encre sur page de magazine
19,7 x 17,8 cm
(7 3/4 x 7 in.)

 

Mais Beverly Semmes va beaucoup plus loin. A peine vous tournerez le dos à cette immense robe faite pour la complaisance vaniteuse d’une reine (elle est en soie, en velours et en fausse fourrure) que vous serez face à des petites photographies, des femmes à moitié cachées et vêtues d’une simple couche de peinture, service minimum d’une pudeur peu démonstrative.
Ces images font partie de The Feminist Responsability Project, une série dévoilée pour la première fois en France. Beverly Semmes y est militante et griffe les injustes préjugés sur les femmes, réduites au statut d’objet sexuel par une société contemporaine dans laquelle la masculinité détient la grande majorité des commandes.

 

Silver Mirror, 2014 Encre sur page de magazine 17,8 x 14,6 cm (7 x 5 3/4 in.)
Silver Mirror, 2014
Encre sur page de magazine
17,8 x 14,6 cm
(7 x 5 3/4 in.)

Pour cela l’artiste découpe des photographies de femmes dans des revues pornographiques américaines et recouvre leurs visages de peinture et d’encre, sorte d’enveloppe de dignité qui n’efface pas pour autant les poses suggestives et les éléments érotiques comme les talons hauts ou les bras et les jambes nues. De fait, ces représentations dotées d’une grande force expressionniste ne vous laisseront pas insensibles.

 

Fishnets, 2014 Encre sur page de magazine 24,4 x 20 cm (9 5/8 x 7 7/8 in.)
Fishnets, 2014
Encre sur page de magazine
24,4 x 20 cm
(9 5/8 x 7 7/8 in.)

 

Beverly Semmes est une artiste époustouflante. Ses sculptures sont sobres alors que certaines céramiques fréquentent d’autres milieux et notamment le textile. Dans un registre totalement différent, cette artiste aux multiples visages peut aussi prendre à partie des images crues, en masquer une partie par de la peinture ou de l’encre afin de dénoncer la condition féminine dans nos sociétés dites civilisées.
Mais que ce soit dans la sculpture ou dans la retouche de clichés pornographiques, Beverly Semmes pose un regard intransigeant sur la femme, cette divinité à la fois sage, mystérieuse, souveraine, dominatrice mais aussi dominée et brutalisée par le mépris et la violence.

Christophe Dard.

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Handle Beverly Semmes
Jusqu’au 19 décembre 2015
Galerie Lefebvre et Fils
24 rue du Bac 75007 Paris
Du mardi au samedi de 11h à 19h
01 42 61 18 40
www.lefebvreetfils.fr

VARDA/CUBA au Centre Pompidou : l’écriture d’un mouvement
« Foam Talent 2015 » : l’exposition transgressive de l’atelier néerlandais
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture.Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *