Galerie
Alexander Gorlizki à la Galerie Eric Mouchet à Paris

Alexander Gorlizki à la Galerie Eric Mouchet à Paris

29 décembre 2014 | PAR Christophe Dard

Influencé par l’art asiatique et indien en particulier, Alexander Gorlizki est actuellement exposé dans une nouvelle galerie parisienne, la galerie Eric Mouchet.

 

Alexander Gorlizki, Flatweave, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet
Alexander Gorlizki, Flatweave, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet

 

Alexander Gorlizki, Partial exposure, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet
Alexander Gorlizki, Partial exposure, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet

 

C’est une nouvelle galerie installée depuis cet automne au cœur du quartier Saint-Germain-des-Prés à Paris. Après une exposition inaugurale consacrée au photographe plasticien suisse Matthieu Gafsou, la galerie Eric Mouchet propose de découvrir jusqu’au 24 janvier le travail d’Alexander Gorlizki pour sa première exposition personnelle en France.

Alexander Gorlizki, 47 ans, est un artiste atypique. Dés son enfance, il est influencé par les cultures asiatiques et plus précisément par les miniatures indiennes et l’art Moghol, cette période à partir du XVIè siècle durant laquelle les mondes musulman et indien se rencontrent et unissent leurs richesses artistiques. Comme souvent la famille joue un rôle essentiel dans ces découvertes. La mère d’Alexander, collectionneuse d’œuvres d’Asie centrale, le familiarise ainsi avec cet univers. D’ailleurs, alors qu’il était encore enfant, Alexander Gorlizki se rendait dans une galerie parisienne d’art ancien, de textiles et de bijoux indiens située au 45 rue Jacob à Paris… Là même où se trouve aujourd’hui la galerie Eric Mouchet!

 

Alexander Gorlizki, Out and About, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet
Alexander Gorlizki, Out and About, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet

 

Le tournant : la rencontre avec Riyaz Uddin

Plus tard, après de nombreux voyages en Asie, Alexander Gorlizki fait la connaissance de Riyaz Uddin, copiste de miniatures anciennes. Passionné par son travail, Gorlizki réussit à convaincre Uddin de mettre de côté son travail de copiste et de devenir un créateur guidé uniquement par cette muse qui affole tous les artistes, l’imagination. Depuis, Gorlizki considère Uddin comme un gourou et réciproquement. Les deux artistes travaillent ensemble et Gorlizki partage son atelier entre New York et Jaipur où il a ouvert un atelier en 1997.

 

Alexander Gorlizki, Constantin, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet
Alexander Gorlizki, Constantin, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet

 

L’art d’Alexander Gorlizki est l’aboutissement de ces fiançailles plastiques entre la culture indienne et le monde occidental. La miniature indienne inspire des œuvres aux thèmes variés. Certains motifs sont figuratifs à l’image des petits personnages venus de l’Orient qui semblent avoir pris un aller simple en provenance de l’enfance, et d’autres motifs sont abstraits.

 

Alexander Gorlizki, Usual suspects, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet
Alexander Gorlizki, Usual suspects, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet

 

Certains d’entre vous verront peut-être dans la démarche de Gorlizki des influences dadaïstes ou cinétiques comme chez Vasarely mais l’artiste affirme ne pas chercher de références. S’il apprécie l’approche iconoclaste du mouvement Dada, Alexander Gorlizki ne veut pas faire de distinction entre l’art figuratif et abstrait. L’Inde, l’Occident, l’abstraction et la figuration ne forment qu’un seul et même monde… On comprend mieux pourquoi l’exposition s’intitule We are one.

Christophe Dard

 

INFORMATIONS PRATIQUES
We Are One, Alexander Gorlizki
Jusqu’au 24 janvier 2015
Galerie Eric Mouchet
45 rue Jacob 75006 Paris
Du mardi au samedi de 14h à 19h

 

Visuel en une
Alexander Gorlizki, Constantin, Courtesy Alexander Gorlizki – Galerie Eric Mouchet

Chagall, de la palette au métier au musée d’art moderne de Troyes
La photographe britannique Jane Bown s’est éteinte
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture. Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture