Arts
Focus sur les galeries Yvon Lambert, Xippas et Thaddaeus Ropact

Focus sur les galeries Yvon Lambert, Xippas et Thaddaeus Ropact

29 janvier 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Trop d’attente à l’expo Basquiat? Une belle envie de flânerie+shopping. L’addtion parfaite se trouve dans le Marais. Ce weekend, trois coups de coeurs. De Larry Clark à Erwin Wurn, l’art contemporain s’admire aussi dans les galeries d’arts parisiennes.

Yvon Lambert

Jusqu’au 3 Mars, n’hésitez pas à pousser la porte du 108 rue Vieille Du Temple qui abrite un superbe hotel particulier dans lequel se niche une partie des oeuvres de la collection Lambert, partagée entre Avignon, New-York et Paris.

En ce moment, l’exposition « L’instoutenable légéreté de l’être » interroge la condition humaine sous ses aspects les plus forts dont l’amour, la croyance, les addictions.  On y retrouve une partie des photos de Larry Clarck présentées au MAM, des dessins de Louise Bourgois, dont une belle araignée.  L’exposition propose un nombre imposant de photos d’ Andrès Serrano, toujours perturbantes par leur grand format et le choix des sujets. Corps flétris nus, militant  du klus Klus Clan dérangent et fascinent.  Une installation vidéo de Bill Violia, « Incarnation » traite du cycle de la vie par la symbolique de l’eau jaillissante. Une petite merveille. A découvrir aussi, un Wharol et un mur de dessins de Karl Haendel.

Galerie Xippas

Toujours au 108 de la rue Vieille du Temple, attardez vous dans une galerie en escalier. Vous êtes à la galerie Xippas qui vernissait samedi une jeune peintre pleine de talent, Farag Atassi. Elle est Belge

 , de parents syriens. Son obession porte sur les interieurs, particulièrement les hopitaux décharnés. La couleur est assez présente dans son travail, notammant le doré, dans la toile dirty houses. La encore,les grands formats sont à la fête.

Galerie Thaddaeus Ropac

Grand format? Au 7 rue de Debelleyme, on passe au monumental avec les sculptures d’Erwin Wurn. Yes biological propose jusqu’au 12 février les oeuvres de l’artiste autrichien.

Erwin Wurm s’attache à changer la masse des volumes en partant de la performance. Dans les années 90, il a proposé des One Minute Sculptures où sur son indication, le visiteur pouvait, un bref instant, devenir lui même une sculpture , en adoptant les positions , souvent absurdes prescrites par l’artiste.

En résulte  un passage de l’art vivant à l’art visuel par le biais de personnages monumentaux, en train de s’assoir ou d’enlever un pull. Amusant et impressionnant

(c)

ANDRES SERRANO

The Klan Klansman
(Great Titan of The  Invisible Empire VII)
1992
152 x 115 cm
Edition of 4
Remerciement : Andres Serrano and Yvon Lambert

 

Les dérives de la justice américaine
Brian de Palma s’empare du « Crime d’amour » d’Alain Corneau
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture