Expos

Passions secrètes au Tripostal de Lille

Passions secrètes au Tripostal de Lille

20 novembre 2014 | PAR Maïlys Celeux-Lanval

Le meilleur de l’art contemporain actuel ? C’est en tout cas ce que l’on a l’impression de voir chaque année depuis 2004 au Tripostal de Lille : en invitant des grandes collections d’art actuel (Perrotin en 2013, Saatchi en 2010…), le Tripostal impose l’événement Lille3000 comme un immanquable de la scène artistique internationale. Cette année, Passions secrètes raconte l’histoire de 18 collectionneurs flamands : historiens d’art, avocats, médecins, chefs d’entreprise, ils n’ont rien en commun si ce n’est leur passion pour l’art. Invités à exposer une partie de leurs collections, ils présentent un très beau panorama de l’art contemporain. Passions secrètes, tout comme les expositions précédentes de Lille3000, est remarquable pour son très bel accrochage, sa simplicité d’approche et son ambition. On vous raconte.

[rating=5]

 

 

Le Tripostal est un magnifique endroit : très vaste, blanc, il correspond à l’archétype de l’espace d’exposition d’art contemporain et fonctionne très bien. Cette année, les 150 œuvres de Passions secrètes (sur 4000 dans les 18 collections) s’y installent selon des regroupements par thème.
Pour commencer, les femmes : représentée ou artiste, la femme ouvre le bal avec panache. Une araignée de Louise Bourgeois, le portrait photographique d’une femme tout juste accouchée de Rineke Dijkstra, une robe de mariée surmontée d’un tas de briques par Ansel Kiefer (Phryre)… On remarque la sculpture hyper-réaliste de Jan Van Oost, La Veuve noire, qui représente une jeune femme allongée, habillée tout en noir, repliée sur elle-même et tournée vers le mur, petite et misérable. Cette œuvre introduit l’un des intérêts majeurs de l’exposition, à savoir la présence d’artistes flamands : non loin de Jan Van Oost, la vidéaste Lili Dujourie et sa réflexion sur le corps, ou encore le célébrissime Wim Delvoye et son couple de cerf et de biche qui se bécotent comme des ados. On découvre également les œuvres de Michaël Borremans qui s’inscrivent dans la lignée délicate et précise des peintures flamandes : la vidéo The Bread est un portrait lent d’une jeune fille aux yeux baissés… Le mouvement très discret de l’image fait vibrer le regard : on tombe amoureux.
L’œuvre star de l’exposition, si on devait en désigner une, est sans doute la très impressionnante T.Y.F.F.S.H. de Kris Martin : une montgolfière est à terre, comme tout juste tombée du ciel. Gonflée par des ventilateurs, son immense ballon rouge occupe tout l’espace de la dernière salle, ou plutôt le dévore, tout obèse qu’il est.

Tout au long de l’exposition, on se demande quel collectionneur est derrière chaque pièce. On ne le saura pas, la plupart tenant à rester discrets. Toutefois, pour consoler notre curiosité, un projet photographique réparti dans tout le Tripostal nous offre des éléments de réponse. Gautier Deblonde a photographié les intérieurs des collectionneurs, où l’on aperçoit les œuvres exposées in situ. On voit par exemple, au-dessus d’un bureau chargé, une œuvre amusante du duo Elmgreen & Dragset (largement représenté dans l’expo) : une fausse toile de Damien Hirst déchirée, dévoilant un coffre fort… Ironique référence à l’aspect mercantile et exubérant de l’art contemporain, l’œuvre est encore plus significative dans le contexte du riche appartement d’un collectionneur. Les images de Gautier Deblonde sont très belles, et apportent une histoire, une subjectivité à l’histoire de l’exposition.
Explorer une collection est une expérience fascinante. Passions secrètes montre bien la dualité de cette idée, car on observe à la fois la grande intimité qui lie les œuvres à leur propriétaire, et la parfaite cohérence des différentes collections (certains artistes, voire même certaines œuvres revenant dans plusieurs collections), tendant donc à dresser un panorama universel de l’art contemporain. Passions secrètes raconte donc plusieurs histoires… On retiendra celle-ci : que ce soit en Belgique ou à Lille, le Nord aime l’art contemporain. Et, à une heure de train de Paris, ça vaut le détour !

Informations pratiques :
Passions secrètes au Tripostal de Lille, du 10 octobre 2014 au 4 janvier 2015

Infos pratiques

Motte
Festival d’île de France
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaixphoto : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *