Expos
The Calendar Story : la collection MaGMa se raconte chez Sotheby’s

The Calendar Story : la collection MaGMa se raconte chez Sotheby’s

08 janvier 2014 | PAR Yaël Hirsch

50 œuvres des 300 pièces réunies par les collectionneurs Guillaume Lévy-Lambert et Mark Goh sont exposées pour le plaisir jusqu’au 18 janvier chez Sotheby’s Paris. Un parcours initiatique, qui s’ancre à Singapour et fait rayonner l’art contemporain asiatique. The Calendar Story est une bien belle histoire, qui démarre sur un calendrier et une coïncidence romantique, pour ouvrir sur une collection MaGMa éblouissante. A voir absolument pour comprendre comment et pourquoi l’Art peut changer, non pas une, mais deux vies…

[rating=4]

david chanL’homme d’affaires et publicitaire français Guillaume Lévy-Lambert et l’architecte chinois vivant à Singapour Mark Goh se rencontrent, il y a 15 ans. Leur histoire de collectionneurs débute avec une coïncidence folle : sur une toile de Roy Lichtenstein de 1962, Desk calendar, figurent les deux dates de naissance des deux hommes. Pour eux, le message est clair : il faut qu’ils collectionnent et transmettent leur propre histoire.

Et puisque tout démarre à Singapour où ils vivent et que la ville vibre au rythme soutenu d’un pop art en pleine ascension, ils décident de se focaliser sur l’art asiatique. Sauf Roy Lichtenstein et Robert Malaval (qui vient clore l’exposition avec Un bérét basque authentique, également de 1962), toutes les œuvres de la collection MaGMA sont donc  chinoises, mais également indonésiennes ou vietnamiennes. En tête de liste figure le singapourien David Chan, avec la toile CEO of Categories, sorte de portrait de Guillaume Lévy-Lambert en Ganesh. Mais on trouve aussi un portrait signé Zeng Fanzhi (récemment exposé au MAM), ou des oeuvres de Yue Minjun, Wang Guangyi et Yang Shabi. Le fil rouge de l’exposition est le récit qu’en font les deux amoureux, dans une ballade bilingue anglais-français, affichée près des toiles et qui suit les méandres des signes et des bonnes fées penchées sur leur relation.

Drôles, poétiques, ces textes lient inextricablement les moments clé de la vie des collectionneurs aux pièces de MaGMa. Le cheminement à travers les peintures pop devient une sorte de parcours spirituel ponctué par les 8 diptyques imaginés par l’architecte Jean-François Milou afin de présenter des œuvres hors les murs et pouvoir transporter vers d’autres horizons cet émouvant Calendar Story. Quand art, amour et vie résonnent de mille symboles, The Calendar story permet de voir toutes les nuances de la profondeur humaine, qui font l’âme d’une sublime collection.

The  Calendar  Story, jusqu’au 18 janvier chez Sotheby’s Paris,  76, rue Faubourg Saint honoré, 75008, Paris. Entrée libre.

visuel : David Chan, CEO of Categories, 2007(c) MaGMa

Jerry Seinfeld et Larry David, une rumeur sur un projet de film
Dermopore : un élixir rare et précieux pour la peau
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture