A l'affiche
Ilo Ilo, la Caméra d’or sort en salles le 4 septembre

Ilo Ilo, la Caméra d’or sort en salles le 4 septembre

03 septembre 2013 | PAR Yaël Hirsch

ilo ilo anthony chen avant-premièreCaméra d’or et donc Meilleur premier film du dernier Festival de Cannes, « Ilo Ilo » présenté )à la quinzaine des réalisateurs est un petit bijou domestique venu de Singapour. Une histoire simple et rondement menée sur laquelle vous aimerez vous émouvoir, à partir de mercredi, sur grand écran. Toute la Culture était à l’avant-première du film, ce lundi 2 septembre au Gaumont Opéra et partage sa tendresse pour ce beau film.

[rating=4]

Lors de cette avant-première discrète et néanmoins pleine à craquer, le réalisateur Régis Wargnier, membre du jury de la Caméra d’or cette année, a présenté l’élection de « Ilo Ilo » comme unanime. Il a accueilli le réalisateur Anthony Chen pour un petit mot absolument parfait et touchant en Français. Et une bonne nouvelle de plus : « Ilo Ilo » représentera Singapour aux Oscars. Distribué par tous les grands réseaux en France, ce film authentique et domestique pourrait bien également conquérir l’Amérique.

Fils unique, le petit Jiale est aussi éveillé que turbulent et en ilo ilo filmfait voir de toutes les couleurs à ses parents, tous deux en emploi menacé ou précaire, étant donné la crise. Mais ce foyer de classe moyenne de Singapour a tout de même les moyens de soulager la maman à nouveau enceinte en engageant une nounou venue des Philippines où la crise frappe encore plus durement. Teresa, alias « Terry » a du laisser son nourrisson au pays pour espérer gagner sa vie pour elle et le bébé à Singapour. Dialoguant avec son foyer d’accueil et de travail en anglais, elle est durement malmené par le petit Jiale pour lequel elle ne peut s’empêcher d’avoir énormément d’affection. La bienveillance et la chaleur de Terry finit par amadouer le petit garçon…

Magistralement portée par 4 acteurs formidables, cette histoire intime de l’arrivée d’une étrangère – et de son accueil- dans une famille et l’impact qu’elle a sur les tensions qui s’y jouent est d’une superbe simplicité. On se prend d’empathie pour chacun des personnages, on s’y projette, et l’on découvre un Singapour très proche. Anthony Chen traite le délicat sujet du choc culturel avec une douceur formidable : catholicisme et bouddhisme, registres de langue, gestuelle : les détails parlent plus que les personnages. Quant à la photo et à la mise en scène, elles sont au diapason de la modestie et de l’authenticité du film. Un petit bijou.

« Ilo, Ilo », d’Anthony Chen, avec Yeo Yann Yann, Chen Tian Wen, Angeli Bayano et Koh Jia Ler, 99 min, 2013. Epicentre films. Sortie le 4 septembre.

photos : affiche du film & Anthony Chen et Regis Wargnier à l’avant-première parisienne (c) YH

Agnès Obel : The Curse, premier extrait du nouvel album
[Critique] « You’re next » : film d’horreur aux attributs bien sanglants revisitant le genre du « home-invasion »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *