Expos

Rencontre avec trois trésors bouddhiques

Rencontre avec trois trésors bouddhiques

25 janvier 2019 | PAR Laetitia Larralde

En conclusion des expositions de la saison Japonismes 2018, le Musée Guimet expose trois trésors de Nara pour un tête-à-tête exceptionnel.

Au cœur du Musée Guimet, dans la bibliothèque de la rotonde pensée par Emile Guimet, trois sculptures médiévales japonaises de Nara se sont installées. Entourées par les livres traitant des religions, et particulièrement du bouddhisme, rapportés par Emile Guimet de son voyage en Asie, dont quelques mois au Japon, les statues dialoguent avec l’histoire du musée. Prêtées par le département de Nara, ces statues sont des trésors du temple Kofuku-ji, fondé au début du VIIIème siècle, à l’époque où Nara était capitale du Japon.

Deux gardiens, des Kongô Rikishi, entourent un Jizô Bosatsu. Pour leur première fois en dehors du Japon, ces trois statues conservent ici leur rôle et leur hiérarchie. Les gardiens qui habituellement sont placés de chaque côté d’une porte ou d’un autel encadrent le Jizô Bosatsu, une divinité plus importante dans le panthéon bouddhiste, et le protègent des mauvais esprits, font barrière entre le sacré et le monde extérieur.

Les Kongô Rikishi, classés trésors nationaux au Japon, datent du début du XIIIème siècle. Ils sont représentatifs de l’école du sculpteur Unkei, de l’époque Kamakura, qui a révolutionné la sculpture tant dans le style que dans la technique. Composées de plusieurs morceaux de cyprès japonais assemblés, les mouvements gagnent en ampleur et en dynamisme. Le drapé de leurs vêtements flotte en suivant la puissance du mouvement du corps, dans des poses à la démesure baroque mais d’une grande précision anatomique. Leurs expressions sont menaçantes, les traits tendus. Leurs bouches sont l’élément principal qui les distingue : à gauche Ungyô, la bouche fermée, symbolise la force retenue, tandis qu’à droite, Agyô représente la force brutale, la bouche ouverte.

Au centre, le Jizô Bosatsu est un îlot de sérénité. Plus ancienne, Bien culturel important du IXème siècle, la sculpture est composée d’un unique morceau de bois de zelkova. La restauration du XIIIème siècle a rajouté son halo représentant une fleur de lotus ainsi que des motifs peints ou en métal découpé caractéristiques de cette époque. Jizô Bosatsu est une divinité populaire au Japon, et ce depuis longtemps. Si ses représentations plus formelles conservées à l’intérieur des temples font l’objet de cérémonies particulières, les statues en pierre que l’on retrouve à l’extérieur semblent bénéficier d’un culte plus ancré dans le quotidien. Représenté sous les traits d’un moine bouddhiste, le crâne rasé et portant un Kesa (robe traditionnelle), Jizô Bosatsu est chargé de porter secours aux êtres humains et aux âmes des morts, avec une attention particulière pour les âmes des enfants.

Un examen plus attentif des trois statues révèle une quantité de détails : les motifs variés des tissus, la finesse de la sculpture, l’éclat du cristal de roche peint des yeux des gardiens… Sorties de leur contexte où les statues sont nombreuses à s’en étourdir, ces trois chefs-d’œuvre gagnent en éclat et livrent avec générosité la moindre de leurs particularités. Une occasion unique de se rapprocher de ces trois trésors japonais.

Trois trésors du bouddhisme japonais
Musée national des arts asiatiques – Guimet
Du 23 janvier au 18 mars 2019

Visuel : Kongo Rikishi (Vajrapani), Ungyo (bouche fermée) – Japon, Nara – Époque de Kamakura (1185-1333), 13e siècle – Bois peint, cristal – Kofuku-ji Temple, 1, Trésor national © Temple du Kofukuji © Askaen

« Il Primo Omicido » : l’impact du fratricide et l’interdit de la représentation par Castellucci et Jacobs à l’Opéra Garnier
Agenda de week-end du 26 janvier
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *