Expos

Pascal Maitre, «Quand l’Afrique s’éclairera», à la Maison Européenne de la Photographie

Pascal Maitre, «Quand l’Afrique s’éclairera», à la Maison Européenne de la Photographie

23 novembre 2017 | PAR Victoire Chabert

C’est une injustice dont on parle peu. Une difficulté majeure qui frappe plus de 600 millions d’Africains: le manque d’électricité. Cette pénurie entraine un effet domino néfaste que Pascal Maitre expose dans «Quand l’Afrique s’éclairera» à la Maison Européenne de la Photographie.

Pascal Maitre se définit avant tout comme un photojournaliste puisqu’il fixe le monde et en témoigne, par sa photographie. Récompensé par de nombreux prix, réalisateur de plusieurs photoreportages pour de prestigieuses publications internationales (Géo, Paris Match, Elle, L’Express, en France, également Géo et Stern en Allemagne, ou encore National Geographic aux Etats-Unis…), Pascal Maitre est également l’auteur de cinq ouvrages : Mon Afrique (en 2000), Madagascar, voyage dans un monde à part (en 2001), La France du Rugby et Sahara, l’économie du rien (en 2006), ainsi que Incroyable Afrique (en 2012).

 

Pascal Maitre, Révision des devoirs à la lampe à pétrole, Adido, © Pascal Maitre/Cosmos
Pascal Maitre, Révision des devoirs à la lampe à pétrole, Adido, © Pascal Maitre/Cosmos

Dans cette exposition à la Maison Européenne de la Photographie, l’artiste nous éclaire sur la cruelle absence de lumière qui fait tant défaut au continent africain. Lauréat 2016 du Grand Prix AFD/Polka, il a enquêté sur les conséquences de ce préjudice au Bénin, au Kenya, au Sénégal ou encore en Somalie. En zone rurale, seulement 7% des habitants ont accès à l’électricité. Ces peuples africains, pères, mères et enfants sont obligés de s’éclairer à la lampe à pétrole, pour enseigner, apprendre et même accoucher…

Pascal Maitre, Accouchement à la lampe à pétrole, Attankpe, © Pascal Maitre/Cosmos
Pascal Maitre, Accouchement à la lampe à pétrole, Attankpe, © Pascal Maitre/Cosmos

L’accès aux soins, la sécurité, l’emploi, l’éducation sont directement affectés. Pourtant, le continent dispose de ressources comme le soleil, le vent, et l’eau qui permettraient de produire de l’électricité à grande échelle. Même si elles sont encore modestes, des solutions ont d’ores et déjà été mises en œuvre : des barrages, des panneaux photovoltaïques, des éoliennes… C’est l’un des paradoxes de l’Afrique.

Pascal Maitre, Ferme éolienne d'Ashegoda. Série « Quand l’Afrique s’éclairera » © Pascal Maitre/Cosmos
Pascal Maitre, Ferme éolienne d’Ashegoda. Série « Quand l’Afrique s’éclairera » © Pascal Maitre/Cosmos

Cette polarité est au cœur du reportage au long cours de Pascal Maitre dont il présente ici vingt-cinq photographies. Son travail sur les couleurs, qui se fondent ou au contraire se confrontent, n’est pas anodin. Nettes, franches, brutes, elles traduisent l’approche directe, frontale et immersive de l’artiste. La série «Quand l’Afrique s’éclairera» exposée à la MEP, véritable plaidoyer à l’adresse de la communauté internationale, est à découvrir jusqu’au 7 janvier 2018.

Infos : Pascal Maitre, Prix AFD/Polka «Quand l’Afrique s’éclairera» Du 08/11/2017 au 07/01/2018 à la MEP

Gagnez 4×1 paire de chaussettes Depiedferme
« Blitz » : Les nouvelles chansons de Daho éclatent comme des éclairs dans une nuit sombre
Victoire Chabert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *