Expos

Les Monstres de Mode s’échappent à la Gaïté Lyrique

Les Monstres de Mode s’échappent à la Gaïté Lyrique

18 février 2013 | PAR Sandra Bernard

La mode, la mode, la mode!! La fashion week est maintenant terminée mais les défilés se poursuivent un peu partout dans les musées. Si les expositions se suivent, elles ne se ressemblent pas. Après le monstre sacré Jean Paul Gaultier, ce sont cette fois les montres de mode qui sont à l’honneur (mais non pas les fashions victims, bande de mauvaises langues). L’exposition propose pas moins de 80 « tenues » de 58 créateurs qui investissent la Gaîté Lyrique à l’initiative du collectif grec Atopos, déjà connu pour son exposition sur les vêtements en papier au Musée Benaki d’Athènes en 2007.

Atopos, qui avait marqué les esprits avec son exposition sur les vêtements en papier au Musée Benaki d’Athènes en 2007, récidive avec les éléments les plus décalés issus des collections passées des couturiers plus ou moins connus. Dans la lignée de l’exposition Pictoplasma, présentée en décembre 2011, les personnages contemporains issus du phénomène du character design sont devenus des créatures de mode. On croise des créations de noms reconnus de la mode comme Rick Owens et Alexander McQueen, mais pas que. Toutes ces silhouettes qui ont été présentées sur un podium lors de vrais défilés, mais qui ne se retrouveront jamais en magasin, ont le droit ici à une seconde vie. Entre costume et vêtement, mais toujours avant-gardistes, ces œuvres, aussi saisissantes qu’intrigantes questionnent notre relation au beau, selon les canons actuellement en vigueur.

Véritable expérimentation, cette exposition risque de bousculer aussi bien les néophytes que les modeurs et les amateurs d’art visuel, car comme l’indiquent Vassilis Zidianakis et Angelos Tsourapas, membres d’Atopos et commissaires de l’expositionArrrgh ! Monstres de mode met en avant « une figure humaine qui tend à disparaître, remplacée par un masque ».

Visuels : Alexis Themistocleous, ‘Out of this World’ collection, 2010, photo: ©Demetris Vattis et © Style et character design : Craig Green — Photo : Daniel Lillie

Le Figaro publie son palmarès annuel des acteurs les mieux payés : Dany Boon, toujours en tête
« Er ist wieder da », une fiction qui ressuscite Hitler dans l’Allemagne contemporaine
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *