Expos
Le peintre Olivier Debré invite la Norvège au CCC OD de Tours

Le peintre Olivier Debré invite la Norvège au CCC OD de Tours

22 mars 2017 | PAR Maïlys Celeux-Lanval

Avec le printemps bourgeonnent les nouvelles expositions… et les nouveaux musées ! C’est pourquoi tout Paris s’est récemment rendu à Tours pour découvrir l’étonnant bâtiment flambant neuf du Centre de Création Contemporaine dédié au peintre Olivier Debré. Inaugurée en grande pompe le vendredi 10 mars 2017 par François Hollande et Sa Majesté Sonja de Norvège, cette nouvelle fleur façon white cube accueille pour le moment trois expositions tournées vers le Grand Nord, ses artistes pointus et ses paysages délavés. Chers amateurs d’art contemporain, un week-end en Indre-et-Loire s’impose.

Le CCC de Tours n’a pas toujours eu les honneurs du Président de la République : petite initiative locale, le Centre de Création Contemporaine s’est tout d’abord installé dans les locaux délaissés d’un lycée, avant de prendre place en 1996 dans un bâtiment digne de ce nom, quoique coincé dans une petite rue sans ambition. Puis, enfin, après plusieurs projets avortés, c’est à l’entrée de la ville que l’agence d’architecture portugaise Aires Mateus a pu imaginer un bâtiment de 4500 mètres carrés, tout en angles droits et en vitres brillantes – le choix de la simplicité. Porté depuis plusieurs décennies par le sympathique Alain Julien-Laferrière, le tout nouveau CCC OD a le chic d’ouvrir sa première saison sur l’immensité des paysages norvégiens peints par Olivier Debré (1920-1999), peintre français représentant de l’abstraction lyrique qui, par sa généreuse donation au musée, lui offre deux initiales supplémentaires, cinq peintures et cent cinquante dessins.

Exposée au premier étage, cette donation exceptionnelle domine les deux autres expositions, l’une consacrée au Norvégien Per Barclay (né en 1955) et sa Chambre d’huile signature (qui transforme le sol du rez-de-chaussée en un gigantesque miroir) et l’autre collective et intitulée Innland, proposant une incursion inégale dans la scène contemporaine norvégienne.

On préfèrera donc, quoique la Chambre d’huile soit absolument fascinante, monter quelques marches et se laisser emporter dans les voyages aquarellés d’Olivier Debré. Sur de tout petits carnets ou sur des toiles de formats moyens, les montagnes, les vallées et les variations du ciel norvégien se conjuguent avec une monumentalité étonnante. Un souffle passe dans chacune de ces représentations, obsessionnelles et répétées mais jamais lassantes, d’un pays aussi hostile que séduisant. Comme l’a dit avec émotion Alain Julien-Laferrière, « un artiste est là où il est, et il a le monde avec lui » : Olivier Debré semble ainsi s’être passionné moins pour la Norvège que pour les bleus immatériels, les bruns terrestres et les nuages aux mille nuances de gris, car c’est finalement une toile consacrée au paysage de la Loire qui est la star de l’exposition : cathédralesque, ce paysage qui prend tout un mur est une invitation à se noyer dans la couleur humide de l’aquarelle comme dans une piscine visuelle, à vagabonder dans la salle pour mieux s’en rapprocher, observer les nuances, puis s’éloigner encore et s’étourdir.

Ainsi, si le CCC OD nous emmène bien loin, tout au nord du monde, le voyage offre avant toute chose une balade introspective dans la vivacité de la peinture abstraite : les toiles d’Olivier Debré sont loin du décoratif, elles sont au plus près de ce qui fait vibrer l’âme du spectateur attentif.

Informations pratiques : 
CCC OD de Tours
Olivier Debré, jusqu’au 17.09.2017
Per Barclay, jusqu’au 03.09.2017
Innland, jusqu’au 11.06.2017
6 euros (3 euros en tarif réduit)

Infos pratiques

Olivier Saillard : au commencement était l’étoffe
« Soudain, l’été dernier », Tennessee Williams lancinant à l’Odéon
Maïlys Celeux-Lanval

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture